Vous recherchez un dossier

Dossiers

Nutrition artificielle et perfusion à domicile (1/6)

Article publiée dans santé log Soins à domicile n° 55 le 07-03-2017

La nutrition artificielle, généralités

sad55_dossier_01.jpg

La nutrition est un acte fondamental qui se définit par un apport alimentaire qui répond aux besoins de l'organisme. C'est aussi un apprentissage tout au long de la vie, porteur d'une culture et empreint d'affects. L'acte de se nourrir peut ainsi finalement se « banaliser », pourtant, un équilibre alimentaire fragilisé ou rompu peut rapidement entraîner une dénutrition et un affaiblissement profond. Une nutrition artificielle peut alors être indiquée, par voie entérale ou parentérale. Cette nutrition artificielle peut être mise en œuvre au domicile, avec des résultats qui reposent bien sûr sur le savoir-faire des professionnels de santé, mais aussi sur l'information et l'éducation thérapeutique du patient et de ses proches.

Différents dispositifs médicaux vont permettre cet apport de nutriments adapté à l'état et aux besoins du patient.

Différents acteurs seront mobilisés par la mise en œuvre et la surveillance d’une nutrition artificielle, qui doivent faire l'objet d'une concertation pluri-professionnelle.

La nutrition est aussi un soin, qui exige des conditions strictes d’asepsie, et une surveillance continue pour assurer son adaptation et éviter les éventuels effets indésirables.

La perfusion à domicile est un progrès médical incontestable qui permet aux patients, toujours plus nombreux, atteints de pathologies chroniques, immunodéprimés ou en fin de vie, de recevoir ainsi leurs traitements et/ou leur nutrition parentérale à leur domicile. Là encore, l'infirmière assure une prise en charge globale, accomplit des gestes techniques, a recours à des matériels, prescrit des dispositifs et sets de perfusion.

Deux types donc d’interventions fréquentes au domicile, car souvent indissociables d’autres traitements, qui illustrent le rôle clé de l’infirmière, à la fois soignant, technique et éducatif, du suivi à la coordination avec les autres professionnels, médecin, pharmacien, nutritionniste, laboratoire, réseau de soins…, le tout dans des conditions de qualité et de sécurité qui se veulent comparables à celles de l’hôpital.

S.M.

Pour continuer à lire ce dossier, vous devez être identifié :

Je souhaite créer gratuitement mon compte

Créer votre compte gratuitement

Et accédez sans limite à
plus de 600 dossiers