Vous recherchez une actualité
Actualités

2019-nCoV : Les promesses de deux médicaments

Actualité publiée il y a 6 mois 4 jours 59 min
Cell Research
Ici le remdesivir parvient à inhiber également efficacement l'infection virale à 2019-nCoV d’une lignée cellulaire humaine.

La chloroquinine, un antipaludique et un antiviral, le remdesivir, développé au départ contre le virus Ebola, pourraient représenter un espoir pour lutter contre l’épidémie de pneumonie qui à ce jour touche -selon le GISAID- près de 35.000 personnes et a entraîné 725 décès. Face à la propagation rapide du virus, il est urgent d'identifier des agents antiviraux efficaces. Ces 2 molécules testées avec 5 autres molécules par une équipe de scientifiques virologues de Wuhan, démontrent ici, dans la revue Cell Research, leur efficacité in vitro contre un isolat clinique du nouveau coronavirus.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Une approche classique pour identifier ou développer des médicaments contre un nouveau virus, consiste à tester contre ce nouveau virus, des antiviraux efficaces dans le traitement d’infections apparentées. Le 2019-nCoV est un betacoronavirus aujourd’hui documenté comme étroitement lié au SRAS-CoV et au MERS-CoV. Or plusieurs médicaments, tels que la ribavirine, l'interféron, le lopinavir-ritonavir, les corticoïdes, ont été utilisés chez des patients atteints du SRAS ou du MERS, avec cependant, une efficacité parfois controversée.

2 premières pistes pharmacologiques contre le nouveau coronavirus

 

Ici, les virologues de l'Institut de virologie de Wuhan de l'Académie chinoise des sciences et de l'Institut de pharmacologie de Beijing évaluent in vitro, contre  un isolat clinique de 2019-nCoV (nCoV-2019BetaCoV / Wuhan / WIV04 / 20192), l'efficacité antivirale de 7 médicaments : la ribavirine, le penciclovir, le nitazoxanide, le nafamostat, la chloroquine et 2 antiviraux à large spectre bien connus : le remdesivir et le favipiravir.

 

  • La chloroquine, utilisée dans le traitement du paludisme est déjà documentée pour sa capacité antivirale, en particulier contre le coronavirus SRAS : la molécule confirme ici son efficacité in vitro sur des lignées de cellules de mammifères couramment utilisées en microbiologie, pré et post-infection par le nouveau coronavirus. Ces premiers résultats suggèrent que la chloroquine serait cliniquement utile pour lutter contre le coronavirus.
  • Une seconde molécule, -un médicament des laboratoires Gilead- apparaît également prometteuse contre l’infection. Déjà documentée comme efficace contre un large éventail de virus à ARN (dont le SRAS et le MERS-CoV), in vitro mais aussi chez des modèles animaux, souris et primates, le médicament est en cours de développement clinique pour le traitement de l'infection par le virus Ebola : chez le modèle primate, l'administration intraveineuse d'une dose de 10 mg / kg de remdesivir permet d’apporter une protection à 100% contre Ebola. Ici le remdesivir parvient à inhiber également efficacement l'infection virale à 2019-nCoV d’une lignée cellulaire humaine.