Vous recherchez une actualité
Actualités

ADDICTIONS : L’alcool et le tabac, la plus grande menace et de loin pour le bien-être humain

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 5 jours
Adiction
De toutes les substances addictives, l’alcool et le tabac sont de loin la plus grande menace pour le bien-être humain

De toutes les substances addictives, l’alcool et le tabac sont de loin la plus grande menace pour le bien-être humain, selon cette nouvelle revue de la littérature, publiée dans la revue Addiction. Cette compilation de données, issues principalement de bases de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), décrivant le fardeau lié à la consommation d’alcool, de tabac et de drogues illicites montre qu'en 2015, la consommation d'alcool et de tabac a coûté plus de 250 millions d'années de vie avec incapacité, les drogues illicites « seulement » quelques dizaines de millions d’années en plus.

 

Ainsi le fardeau lié à la consommation de substances psychotropes au sens large est majoritairement attribuable au tabagisme et à l’alcool : près d'un adulte sur 7 (15,2%) fume et un adulte sur 5 déclare avoir consommé de l'alcool au moins une fois au cours du mois précédent.

 

Par rapport au reste du monde, l'Europe enregistre une consommation d'alcool par habitant toujours plus élevée (soit 11 litres environ) et un taux toujours plus élevé de forte consommation, soit de 40 à 50% de gros buveurs selon la région d’Europe. Les mêmes régions européennes enregistrent également la prévalence la plus élevée du tabagisme (de 20 à 25% selon la région d’Europe).

 

L'usage de drogues illicites est beaucoup moins courant : moins d'une personne sur 20 a consommé du cannabis au cours de l’année précédente, et des estimations beaucoup plus faibles ont été observées pour les amphétamines, les opioïdes et la cocaïne. Les hotspots de consommation comprennent les États-Unis, le Canada, l'Australie et l’Asie. Les États-Unis et le Canada affichent l'un des taux les plus élevés de dépendance au cannabis, aux opioïdes et à la cocaïne. L’Australie et la Nouvelle-Zélande, la plus forte prévalence de dépendance aux amphétamines ainsi que des taux élevés de dépendance au cannabis, aux opiacés et à la cocaïne.

 

Certains pays et régions manquent encore de données sur la consommation de substances et le fardeau sanitaire associé. Il s'agit généralement de pays à revenu faible ou intermédiaire aux politiques punitives en matière de drogues. Ces pays ont besoin d'une surveillance renforcée, car ils risquent de connaître une escalade rapide de la consommation de substances et de l’impact sanitaire associé.

Ces données devraient inciter à l'élaboration de politiques de lutte mieux ciblées contre la consommation de substances.

Autres actualités sur le même thème