Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ADVERSITÉ : Expériences de vie défavorables et vulnérabilités cérébrales

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 2 jours
JAMA Network Open
L'étude confirme les marques laissées sur la santé cérébrale par des expériences de vie défavorables (Visuel Adobe Stock 238697359)

Cette méta-analyse d’études menées par neuroimagerie, de pédopsychiatres de l’Université d’Ottawa (Ontario) confirme les marques laissées sur la santé cérébrale par des expériences de vie défavorables. Des données, présentées dans le JAMA Network Open, qui contribuent à expliquer comment l’adversité diminue la capacité à faire face aux facteurs de stress et induit cette susceptibilité durable aux problèmes de santé mentale.

 

De nombreuses études ont déjà suggéré que des expériences de vie défavorables peuvent contribuer à différents problèmes de santé mentale en raison d'une association avec le fonctionnement du système cortico-limbique. Si des études ont apporté des preuves de ces effets sur des modèles animaux, les résultats chez l'Homme restent à préciser. De précédentes méta-analyses ne sont en effet pas parvenues à identifier une association cohérente d’événements cérébraux indésirables avec cette exposition.

Une altération de la réactivité du cerveau adulte face à différents défis de la vie

La méta-analyse qui a porté sur 83 études de neuroimagerie (IRMf) a pris en compte, pour le concept d’adversité, les traumatismes, trouble de stress post-traumatique (SSPT), abus, maltraitance, pauvreté, le stress et parmi les effets évalués, la régulation des émotions ou les troubles émotionnels, la mémoire, le traitement de la mémoire, le contrôle inhibiteur, le fonctionnement exécutif, la récompense ou le traitement de la récompense. L’analyse révèle que :

 

  • l’adversité est associée à une plus grande réactivité de l'amygdale et à une diminution de la réactivité du cortex préfrontal dans un large éventail de fonctions cérébrales ou cognitives ;
  • ces réponses altérées n’ont été observées que dans les études portant sur des participants adultes et apparaissent plus claires chez les participants exposés à des menaces et à des traumatismes graves.

 

Ainsi, cette méta-analyse d'études IRMf sur l'exposition à l'adversité et la fonction cérébrale confirme une altération de la réactivité du cerveau adulte, face à différents stress et défis de la vie.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème