Vous recherchez une actualité
Actualités

ALLAITEMENT MATERNEL: La lactoferrine réduit le risque d'infection chez le prématuré

Actualité publiée il y a 3 années 8 mois 6 jours
The Journal of Pediatrics

Les bébés à terme bénéficient d'une protection naturelle de leurs mères qui les aide à lutter contre les infections dangereuses. Les bébés prématurés, moins susceptibles d’être « allaités » peuvent manquer de ces bactéries intestinales protectrices et être ainsi plus vulnérables aux infections. Cette étude de l’Université de Missouri-Columbia identifie le rôle d’une protéine clé, la lactoferrine, dans le développement du système immunitaire. Elle identifie sa capacité toute particulière de protection, contre un type d'infection staphylococcique qui touche les petits prématurés.

« Les bébés nés avec de faibles niveaux de bactéries intestinales protectrices sont à un risque accru d'infections, des infections parfois mortelles » rappelle le Dr Michael Sherman, professeur de pédiatrie à l'université du Missouri. Son étude révèle qu'apporter aux bébés à très faible poids de naissance une forme synthétique de lactoferrine permet d'éliminer le staphylocoque responsable d'infections parfois mortelles chez les prématurés.


Les chercheurs ont étudié les systèmes immunitaires de 120 nourrissons prématurés en unités néonatales de soins intensifs (USIN) entre juillet 2009 et janvier 2012. 60 nourrissons ont reçu une supplémentation en lactoferrine par nutrition parentérale 2 fois par jour pendant 28 jours. Pour mieux comprendre le rôle de la protéine dans le développement de bactéries intestinales protectrices, les chercheurs ont analysé des échantillons de selles des nourrissons. Ils constatent que les germes néfastes responsables de la colonisation de l'infection staphylococcique sont quasiment éliminés chez les nouveau-nés qui ont reçu la lactoferrine.

La lactoferrine favorise le développement des bactéries intestinales protectrices : certes, la lactoferrine peut coûter environ 25 à 500 dollars par dose, mais une infection qui prolonge l'hospitalisation peut coûter jusqu'à 50.000 dollars, estiment les auteurs. Si ces premières donnes doivent encore être confirmées par d'autres études, avant d'officialiser la lactoferrine comme un protocole de traitement standard dans les USIN, son rôle semble prometteur dans la prévention des infections à staphylocoque chez le nourrisson. Des résultats donc, qui justifient le lancement d'un essai à grande échelle.

Autres actualités sur le même thème