Actualités

ALLAITEMENT MATERNEL : Un facteur neuroprotecteur pour la mère aussi

Actualité publiée il y a 1 année 1 semaine 3 jours
Evolution Medicine and Public Health
L'allaitement maternel a aussi un impact positif sur la santé cérébrale des femmes à long terme (Visuel Adobe Stock 178884485)

Les femmes ayant allaité peuvent bénéficier de cet avantage à long terme pour leur santé, en plus des nombreux bénéfices mieux documentés pour le bébé : une meilleure santé cognitive plus tard dans la vie. C'est la conclusion de cette étude de l’Université de Californie - Los Angeles (UCLA), dont les données, publiées dans la revue Evolution, Medicine and Public Health, documentent l'impact positif de l'allaitement maternel sur la santé cérébrale des femmes à long terme.

 

Ainsi, l'allaitement maternel pourrait induire des effets à long terme sur certains mécanismes qualifiés de « biopsychosociaux » impliqués dans la santé du cerveau. « Si de nombreuses études ont montré que l'allaitement protège et améliore la santé et le bien-être à long terme de l’enfant, notre étude est l'une des rares à examiner les effets à long terme sur la santé des femmes qui ont allaité », rappelle le Dr Molly Fox, auteur principal de l'étude et professeur de psychiatrie et de sciences biocomportementales à l’UCLA.

Allaiter à 20 ans peut être neuroprotecteur à 50

La santé cognitive fait partie du bien-vieillir. Une cognition altérée après l'âge de 50 ans ou « déficience cognitive légère » peut être un puissant prédicteur de la maladie d'Alzheimer, l’une des principales formes de démence et cause d'invalidité chez les personnes âgées. Par ailleurs, de précédentes études ont montré que les différentes étapes de la vie reproductive d'une femme, telles que ses cycles, la grossesse, l'allaitement et la ménopause peuvent être liées à un risque plus élevé ou plus faible de développer différents problèmes de santé comme la dépression ou le cancer du sein.

 

« Ce que nous savons, c'est qu'il existe une corrélation positive entre l'allaitement et un risque plus faible d'autres maladies telles que le diabète de type 2 et les maladies cardiaques, et que ces conditions sont fortement liées à un risque plus élevé de maladie d’Alzheimer » explique l’autre auteur principal, le Dr Helen Lavretsky, professeur de psychiatrie et de sciences biocomportementales de l'Institut Semel pour les neurosciences et le comportement humain à l'UCLA.

 

Plusieurs avantages cognitifs ? Peu d'études à ce jour ont examiné l'allaitement et son impact sur la cognition à long terme. Cette étude évalue ainsi pour la première fois le lien entre les antécédents d'allaitement des femmes, et les performances cognitives post-ménopausiques. Un examen qui permet de mieux comprendre les implications de l'allaitement sur la durée de vie en bonne santé, dans un contexte global de diminution de l'allaitement maternel.

 

« Parce que l'allaitement s'est également avéré aider à réguler le stress, à favoriser le lien avec le nourrisson et à réduire le risque de dépression post-partum, ce qui suggère déjà différents avantages neurocognitifs pour la mère, nous avons fait l’hypothèse que l’allaitement pourrait également être associé à des meilleures performances cognitives à long terme aussi ».

 

L’étude des données de 115 femmes, exemptes de démence ou d'autres diagnostics psychiatriques, dont 64 identifiées comme déprimées et 51 non déprimées, ayant passé toute une série de tests psychologiques et cognitifs, révèle que :

 

  • 65% des femmes non déprimées ont allaité vs 44% des femmes déprimées ;
  • toutes les participantes non déprimées ont signalé au moins une grossesse, vs 57,8 % des participantes déprimées ;
  • les participantes qui ont allaité, déprimées ou non, obtiennent de meilleurs résultats en particulier dans 4 domaines, l'apprentissage, le rappel de mémoire, le fonctionnement exécutif et le traitement des données ;
  • chez les femmes déprimées, seuls 2 des domaines cognitifs, le fonctionnement exécutif et la vitesse de traitement restent significativement associés à l'allaitement ;
  • une durée d'allaitement plus longue est en effet associée à de meilleures performances cognitives :

  • les femmes qui n'ont pas allaité obtiennent des scores cognitifs significativement inférieurs dans 3 des 4 domaines étudiés vs les femmes qui ont allaité pendant 1 à 12 mois, et dans les 4 domaines, vs les femmes qui avaient allaité pendant plus de 12 mois;
  • les femmes qui ont allaité le plus longtemps obtiennent ainsi les scores les plus élevés aux tests cognitifs.

 

D’autres recherches restent nécessaires pour préciser ces données, cependant les antécédents d'allaitement semblent ici associés à de meilleures performances cognitives plus tard dans la vie. Des résultats qui posent question alors que, dans l’ensemble, les mères allaitent de moins en moins souvent.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités