Vous recherchez une actualité
Actualités

ALLERGIE aux cacahuètes: Leur consommation précoce réduit de 80% le risque

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 4 jours
NEJM

La consommation régulière d'arachide durant la petite enfance jusqu'à l’âge 5 ans, permet de prévenir l’allergie aux cacahuètes, montre cette étude du Benaroya Research Institute (Seatle), soutenue par l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID/NIH). Ses conclusions, présentées dans le New England Journal of Medicine (NEJM) montrent que ce mode de prévention précoce permet de réduire le taux d'allergie à l'arachide chez les nourrissons de 80 % par rapport à l’absence de consommation.

Il s'agit ici de l'analyse des données de l'essai clinique Learning Early About Peanut Allergy ou LEAP-On study, mené par un consortium de recherche américain sous l'égide d'une équipe du Kings College de Londres. LEAP est la première grande étude contrôlée à montrer de façon concluante les avantages de la consommation précoce d'arachide dans la prévention de cette allergie. Cependant, LEAP ne conclut pas sur la protection à long terme, longtemps après l'arrêt éventuel des apports en arachide.


L'étude LEAP-ON a suivi 556 enfants, dont 264 consommateurs d'« arachide » sur une période d'évitement d'un an. Les apports précédents et l'évitement ont été évalués par questionnaire et confirmés par mesure des protéines d'arachides présentes dans des échantillons de poussière prélevés dans les lits des petits participants. Le statut de l'allergie a été déterminé par test alimentaire à la fin de l'étude. Après 12 mois d'évitement,

· seulement 4,8% des consommateurs d'arachide sont diagnostiqués comme allergiques,

· par rapport à 18,6% des enfants qui n'en avaient jamais consommé auparavant.

Des conclusions « au-delà des attentes » qui non seulement confirment que la consommation précoce d'arachides apporte une protection stable et durable durant une année au moins, et qui, plus largement va dans le sens de l'association entre l'absence totale d'exposition à un allergène potentiel et le risque d'allergie (cf : hypothèse de l'hygiène). Enfin, si cette protection après un an d'évitement suggère fortement que la consommation périodique d'arachide ne sera pas de nature à provoquer l'allergie, néanmoins, la question reste posée de la durée de cette protection, après des périodes d'évitement plus longues.

Bref, la consommation d'aliments contenant des arachides dans le cadre d'un régime alimentaire normal, avec d'éventuelles périodes sans arachide apparaît comme une pratique sans danger pour la plupart des enfants.

Autres actualités sur le même thème