Vous recherchez une actualité
Actualités

ALLERGIE aux chats : Une immunothérapie plus efficace

Actualité publiée il y a 1 semaine 2 jours 19 heures
Allergy
Une nouvelle molécule améliore la tolérance immunitaire aux principaux allergènes du chat (Adobe Stock 276958878)

Cette équipe d’allergologues du Luxembourg Institute of Health (LIH) propose une nouvelle molécule qui améliore la tolérance immunitaire aux principaux allergènes du chat et permet d’atténuer les symptômes de l’allergie. Les chercheurs ont analysé les mécanismes moléculaires sous-jacents à cette tolérance retrouvée et documentent l’efficacité de cette approche d'immunothérapie contre cette allergie fréquente. L'étude est publiée dans Allergy, la revue officielle de l’European Academy of Allergy and Clinical Immunology (EAACI).

 

L'allergie aux chats est un phénomène en augmentation rapide caractérisé par une hypersensibilité et une réponse immunitaire excessive à certains allergènes associés aux félins, en particulier Fel d 1, une protéine généralement présente dans leur salive, leurs glandes, leur peau et leur fourrure. Cette molécule adjuvante spécifique, l'oligonucléotide CpG, parvient à contrôler avec succès la réponse allergique du système immunitaire à l'allergène principal du chat « Fel d 1 », ce qui inverse les principales caractéristiques de l'allergie aux chats et favorise la tolérance.

Un adjuvant booste l’immunothérapie

L’immunothérapie spécifique aux allergènes (AIT) : les manifestations allergiques aux chats peuvent aller de symptômes bénins au développement d'affections graves telles que la rhinite et l'asthme, avec parfois des complications mortelles. Si la pharmacothérapie est une option pour les formes les plus douces, seule l'immunothérapie spécifique aux allergènes (AIT : allergen-specific immunotherapy) peut garantir un traitement efficace et plus durable dans les formes les plus sévères. L'AIT consiste généralement en l'injection sous-cutanée de quantités progressivement croissantes de l'allergène en question, jusqu'à ce qu'une dose critique soit atteinte qui induit une tolérance immunitaire à long terme.

Les chercheurs font ici  l’hypothèse qu’il est encore possible d’améliorer l’AIT en optimisant la réponse des cellules T et B du système immunitaire grâce à des adjuvants immunitaires permettant d’induire la production d'anticorps contre Fel d 1, et cela tout en minimisant les réactions inflammatoires, ce qui permet aussi d’améliorer la tolérance immunitaire à l’allergène.

 

Améliorer l'activité anti-inflammatoire de l'AIT avec l'adjuvant immunomodulateur CpG : L’auteur principal, le Dr Cathy Léonard, chercheur au département Allergie et Clinique du LIH et son équipe ont ainsi évalué les effets cellulaires et cliniques d'un AIT basé sur l'injection de l'allergène Fel d 1 en combinaison avec une dose élevée d'adjuvant CpG chez des souris modèle d’allergie à Fel d 1. L’immunothérapie apporte :

  • une résistance pulmonaire significativement améliorée,
  • une réduction significative des signes d'inflammation des voies respiratoires ;
  • une réduction des niveaux  d'IgE, des anticorps généralement associés aux réponses allergiques ;
  • une augmentation des niveaux d'IgA et d'IgG, des anticorps à propriétés anti-inflammatoires ;
  •  une réduction des niveaux de cytokines pro-allergiques, produites par les cellules T auxiliaires de type 2 (Th2) ;
  • une augmentation de l'abondance de types de cellules immunitaires impliquées dans la régulation et la tolérance allergiques (cellules dendritiques plasmacytoïdes (pDC), cellules (NK : natural killers), cellules T régulatrices (T-regs) et les cellules B régulatrices (B-regs) ;
  • ces cellules expriment des niveaux plus élevés du récepteur 2 (TNFR-2), du facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α), de cellules NK produisant également la cytokine TNF-α, connue pour jouer un rôle dans la suppression de l'allergène ;
  • une nette augmentation du TNF-α dans les poumons ;
  • l'apparition d'un nouveau et unique type de Treg, connu sous le nom de biTregs, des cellules régulatrices encore mieux équipées pour contrebalancer les allergies et les réactions inflammatoires.

 

Pris ensemble, ces résultats suggèrent un effet anti-inflammatoire et anti-allergique induit par l'AIT combiné à une dose élevée et sûre de l’adjuvant CpG. Pour avancer vers une application clinique, les scientifiques ont développé un système d'administration basé sur l'injection sous-cutanée du traitement Fel d 1 / CpG, par opposition à la voie d'administration intrapéritonéale plus invasive. C'est donc une étape vers une thérapie plus simple et plus efficace.

Autres actualités sur le même thème