Vous recherchez une actualité
Actualités

ALLERGIES : 5 choses à savoir sur l'introduction de l’arachide chez le nourrisson

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 1 jour
CMAJ
Tout signe d’allergie, y compris cutanée, ou toute histoire familiale doit inciter à une évaluation du risque d’allergie du nourrisson, par un spécialiste

Cette analyse de la littérature sur le sujet, présentée dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) rappelle aux parents comme aux pédiatres, 5 points essentiels à connaître sur l’allergie à l'arachide chez le petit enfant. Parmi ces 5 points essentiels, l’introduction précoce de protéines d'arachide chez le bébé, permet de réduire ce risque d'allergie aux arachides (ou cacahuètes) plus tard dans la vie.

Une stratégie précoce d'habituation plutôt que d'évitement ?

Une consommation régulière d’arachide prévient l’allergie : un essai contrôlé randomisé mené auprès de 640 nourrissons âgés de moins de 11 mois souffrant d’allergie aux œufs ou de dermatite atopique modérée à sévère révèle, en particulier, que 3,2% des enfants du groupe traité ayant consommé 2 g de beurre d'arachide 3 fois par semaine ont finalement développé une allergie aux arachides vs 17,2% des enfants du groupe évitement. Cela suggère qu’une stratégie d’habituation peut être efficace chez le petit enfant.

 

L’introduction peut se faire dès l’âge 4 mois : pour la plupart des nourrissons, la protéine d’arachide peut être introduite à la maison entre les âges de 4 et 6 mois. Pour prévenir le développement d'une allergie aux arachides, il est ainsi judicieux d'introduire la protéine d'arachide sans danger pour les enfants (à savoir, la pâte, le beurre, la poudre).

 

La dermatite atopique, prédicteur de risque élevé : le risque d'allergie aux arachides est plus élevé chez les nourrissons atteints de dermatite atopique sévère : Plus la dermatite atopique chez le nourrisson est sévère et plus le risque d'allergie à l'arachide est élevé, en particulier si d'autres membres du foyer consomment de l'arachide à la maison. L’introduction à domicile de « la cacahuète » ou arachide est mieux adaptée aux nourrissons exempts ou souffrant d'une forme légère de dermatite atopique.

 

L’allergologue, un passage obligé au moindre doute : les nourrissons présentant des facteurs de risque d'allergie devraient être évalués par un allergologue avant tout test d’introduction de l'arachide. Ainsi, les autorités (ici, l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses : US National Institute of Allergy and Infectious Diseases) recommande d'effectuer des tests d'allergie (test cutané par piqûres ou immunoglobuline E spécifique) chez les nourrissons atteints d'eczéma grave, d'allergie aux œufs ou des deux, avant toute introduction de l'arachide. Cependant, si les tests d'allergie à l'arachide vont rassurer en cas de négatives ou faibles, les seuils de sécurité restent toujours sujets à débats.

 

La consommation d’habituation doit être régulière : des quantités suffisantes d’arachides doivent être consommées pour réduire le risque d’allergie : soit 8 g de beurre d'arachide (une cuillère à café bien remplie) ou 17 g d'arachide doivent être consommés au moins 2 fois par semaine pour prévenir l'allergie.

 

En conclusion, tout signe d’allergie, y compris cutanée ou toute histoire familiale doit inciter à une évaluation du risque d’allergie du nourrisson, par un spécialiste, et avant toute introduction d’arachide dans l’alimentation.

Autres actualités sur le même thème