Vous recherchez une actualité
Actualités

ANÉMIE, FATIGUE : Du fer en suppléments, mais ni trop ni trop peu

Actualité publiée il y a 3 années 7 mois 1 semaine
PLoS ONE

Une supplémentation en fer est indispensable en cas d’anémie ferriprive. Cependant une supplémentation en fer en l'absence de carence peut aussi avoir des effets néfastes sur la santé : endommager l'ADN des cellules de nos vaisseaux sanguins en seulement 10 minutes, révèle cette étude de l’Imperial College London. Des données présentées dans la revue PLoS ONE qui rappellent donc un bon principe : respecter la prescription médicale. Une carence en fer peut entraîner des effets sévères : Plus d’1,5 milliards d’êtres humains en souffrent dans le monde. La carence en fer est avec le manque de vitamine B12 ou B9, la principale cause d’anémie, c’est-à-dire de baisse anormale du taux d’hémoglobine dans le sang. Présente dans les globules rouges, l’hémoglobine leur permet d’alimenter les organes du corps en oxygène. Ainsi, le diagnostic de l’anémie est posé lorsque ce taux est inférieur 13 g/dl chez l’homme et 12 g/dl chez la femme adulte. L’anémie ferriprive peut être liée, entre autres causes à un apport alimentaire insuffisant en fer, en cas de régime mal équilibré ou de régime végétarien ou végétalien strict. Ses symptômes peuvent être sévères et comprennent l’essoufflement, l’accélération du rythme cardiaque, la fatigue chronique. L’anémie ferriprive peut être contrée par un régime alimentaire riche en fer. Cependant, pour des raisons d'observance, de nombreuses personnes se verront prescrire une supplémentation en fer.

Un excès de fer a des effets délétères et en particulier sur les cellules endothéliales humaines qui tapissent nos vaisseaux sanguins. Lorsque ces chercheurs britanniques exposent des cellules endothéliales humaines à une concentration de 10μmol par litre de citrate de fer, ils identifient de sérieux changements dans l'expression des ARN impliqués dans la régulation des différents processus cellulaires. Seulement 1 heure après exposition, les processus de transport vésiculaire de substances autour de la cellule, de dégradation des protéines et de division cellulaire sont perturbés, en raison du fer, au bout de 6 heures c'est le processus complet de réparation des dommages à l'ADN qui se trouve affecté. Certes, il faudrait encore démontrer, chez l'Homme, que des comprimés de fer pourraient être préjudiciables aux vaisseaux sanguins. Cependant, l'équipe conclut que ces nouvelles données suggèrent qu'une supplémentation en fer et même à faible dose serait suffisante pour modifier l'endothélium vasculaire et induire des dommages à l'ADN. Bien qu'en très faible concentration dans l'organisme mais présent dans toutes les cellules du corps, le fer joue un rôle clé dans de nombreuses fonctions biologiques vitales. On aura compris que ses niveaux doivent respecter un équilibre fragile qui varie selon l'âge (la croissance), le sexe et la diversité du régime alimentaire qui participe à sa bonne absorption. Si une supplémentation en fer peut être nécessaire pour combler une carence, elle n'est jamais anodine.

Autres actualités sur le même thème