Vous recherchez une actualité
Actualités

ANTICOAGULANTS : Faut-il reprendre le traitement après un saignement ?

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 6 jours
Alimentary Pharmacology and Therapeutics
Les effets indésirables des AVKs notamment le risque d'hémorragie, sont bien connus.

Les patients doivent-ils poursuivre leur traitement anticoagulant après un saignement gastro-intestinal ? Cette étude d’une équipe espagnole, à paraître dans la revue Alimentary Pharmacology and Therapeutics répond à la question : ses résultats suggèrent que les avantages du redémarrage précoce du traitement anticoagulant ou antiplaquettaire, après l’épisode de saignement sont, pour la plupart des patients, supérieurs aux risques pour le système gastro-intestinal. Néanmoins, une étude plus large devra être menée pour confirmer ces conclusions. Enfin, la reprise du traitement reste toujours le fruit d'une décision prise par le médecin, en fonction de la situation de chaque patient et de la sévérité de l’épisode de saignement.  

 

Les anticoagulants et les antiplaquettaires, tels que la warfarine et l’aspirine, qui fluidifient le sang, sont couramment prescrits pour réduire le risque de formation de caillots sanguins-qui peuvent être mortels. Pour les personnes souffrant de fibrillation atriale (FA) (non valvulaire) la prise d’anticoagulants oraux permet d’éviter les embolies cérébrales ou systémiques. Ces anticoagulants oraux comprennent les antivitamines K (AVK) et les anticoagulants d’action directe ou nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) dont les indications comprennent la prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des embolies systémiques chez les patients souffrant de FA. Cependant ces médicaments présentent un risque accru de saignements gastro-intestinaux.

La décision de reprise du traitement doit être pesée pour chaque patient

Les effets indésirables des AVKs notamment le risque d'hémorragie, sont bien connus. Les mêmes effets secondaires ont été documentés, plus récemment, avec les NACOs qui représentent aujourd’hui plus de 50% des anticoagulants prescrits en première intention.

Cette étude, menée auprès de 871 patients espagnols conclut que les patients qui reprennent leur traitement anticoagulant après une telle hémorragie ont :

  • 39% moins de risque de décès à 2 ans,
  • mais, bien évidemment, un risque de saignements gastro-intestinaux récurrents accru.

 

 

Les résultats suggèrent finalement un rapport bénéfice-risque positif de la reprise « précoce » du traitement anticoagulant après un épisode de saignement. Globalement, l’étude apporte de nouvelles données permettant aux médecins de rééquilibrer, après chaque épisode, les risques et les avantages de la gestion globale de ces deux classes pharmacologiques - encore une fois largement associées à un risque accru de saignements gastro-intestinaux.

 

Cependant, il appartient au médecin de prescrire ou non cette reprise de traitement, de manière personnalisée pour chaque patient.

Autres actualités sur le même thème