Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ANXIÉTÉ : Un nouvel éclairage sur la peur, les phobies, le stress et l’amnésie

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 22 min
Neuroscience 2023
Démêler les mécanismes qui mènent aux troubles anxieux, à la peur, au stress chronique et à l’amnésie infantile (Visuel Adobe Stock 472062682)

Démêler les mécanismes qui mènent aux troubles anxieux, à la peur, au stress chronique et à l’amnésie infantile, c’est l’objectif de nombreuses équipes de recherche, qui présentent leurs travaux lors de la Réunion Neuroscience 2023. De nouvelles approches expérimentales impliquant des participants humains mais aussi des modèles animaux mettent en évidence les effets de la peur et du stress sur le cerveau, et suggèrent aussi des moyens innovants d'atténuer ces impacts.

 

La peur et l’anxiété sont des réponses émotionnelles normales et saines à certains stimuli ; cependant, il arrive parfois que ces états deviennent chroniques et interfèrent avec la capacité de fonctionnement au quotidien. Ainsi le stress et l’anxiété chroniques, avec parfois des phobies sous-jacentes, affectent des millions de personnes. Cependant, cette recherche nous montre que la peur peut à la fois être apprise et « désapprise ».

La peur peut à la fois être apprise et « désapprise »

Parmi les grandes conclusions de ces recherches présentées à Neuroscience 2023, on retiendra que :

 

  • le stress chronique modifie bien la connectivité et le fonctionnement du cerveau ;
  • le stress chronique perturbe en particulier les circuits cérébraux qui sous-tendent la prise de décision adaptative (capacité d’adaptation) et la formation des habitudes ;
  • apprendre à lutter contre une menace virtuelle (réalité virtuelle) avec des mouvements corporels défensifs permet d’atténuer la peur ; ainsi, une expérience de vol en réalité virtuelle aide les participants qui ont le vertige à désapprendre leur peur des hauteurs ;
  • la signalisation de l'ocytocine vers l'amygdale joue un rôle crucial dans la réduction de la peur et le soutien du comportement social : l’ocytocine est donc une cible thérapeutique prometteuse pour réduire le stress et l’anxiété ;
  • le cortex rétrosplénial pourrait être une clé permettant d’expliquer la transition d’une amnésie infantile (mécanisme de défense contre un stress ou une peur) vers la prise de conscience et la mémoire persistante chez l'adulte.

 

Alors que de très nombreux patients souffrent des effets, à la fois mentalement et physiquement, d’une angoisse ou d'un stress chronique, la recherche scientifique progresse et commence à démontrer qu’il existe de nouvelles thérapies efficaces pour « désapprendre » ces phobies.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème