Vous recherchez une actualité
Actualités

AUTISME : Et si la vitamine D limitait les risques élevés ?

Actualité publiée il y a 2 années 1 mois 18 heures
Molecular Autism

Cette étude de l’Université du Queensland identifie un lien précieux entre la supplémentation en vitamine D et la prévention de l'autisme. Ainsi, donner des suppléments de vitamine D à des souris modèles d'autisme pendant la gestation élimine l’incidence de traits d'autisme chez leur descendance. Une découverte présentée dans la revue Molecular Autism qui apporte des preuves supplémentaires du rôle crucial de la vitamine D dans le développement du cerveau.

On sait que la vitamine D est indispensable à la santé osseuse, dentaire et musculaire, elle est moins connue pour ses bénéfices neurologiques. Si la façon la plus simple et la plus naturelle d'obtenir des niveaux suffisants de vitamine D est de profiter raisonnablement de la lumière du soleil, de consommer toute l'année des aliments riches en vitamine D, une supplémentation peut être recommandée en cas de faibles niveaux de vitamine D, en particulier durant les périodes les moins ensoleillées de l'année. Cette étude préconise, finalement qu'une supplémentation en vitamine D pourrait contribuer prévenir le développement de TSA chez des enfants à risque génétique élevé.


L'étude a porté sur des souris modèles d'autisme au comportement proche de celui retrouvé dans le trouble, avec notamment des déficits dans l'interaction sociale et dans l'apprentissage. Les chercheurs montrent que les souris gravides traitées avec de la vitamine D durant le premier trimestre de gestation mettent au monde des petites souris exemptes de tout déficit. Ce résultat rejoint ceux de récentes études, citées par les auteurs, qui, chez des Femmes enceintes ont suggéré ce lien entre de faibles taux de vitamine D et un risque accru d'avoir un enfant autiste.

Grossesse et vitamine D, pas n'importe laquelle ! Or si la vitamine D est essentielle pour la santé osseuse, sa forme active ne peut être donnée aux femmes enceintes, car elle peut affecter le squelette du fœtus en développement. Il s'agit donc de déterminer précisément la dose de cholécalciférol (ou vitamine D3), une forme sans danger pour les femmes enceintes capable d'apporter les mêmes effets que la vitamine D hormonale (calcitriol), active dans le sang. Le « calendrier » de la supplémentation en vitamine D reste également à définir.

7 March 2017 DOI: 10.1186/s13229-017-0125-0 Vitamin D treatment during pregnancy prevents autism-related phenotypes in a mouse model of maternal immune activation

Plus de 30 études sur la Vitamine D

Accéder aux dernières actualités sur l'Autisme (

Accéder au Dossier Vaincre l'autisme (1/5) de Santé log : Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages