Actualités

AVC : Du céleri contre les caillots

Actualité publiée il y a 6 mois 3 jours 22 heures
American Stroke Association
C’est un nouveau médicament, à base de composés naturels, dérivés des graines de céleri, qui, administré après le traitement des caillots, permet d’améliorer considérablement les résultats post-accident vasculaire cérébral (AVC) (Visuel Fotolia 81123763)

C’est un nouveau médicament, à base de composés naturels, dérivés des graines de céleri, qui, administré après le traitement des caillots, permet d’améliorer considérablement les résultats post-accident vasculaire cérébral (AVC). Présenté par une équipe de neurologues et pharmacologues de l’Université South Carolina (Charleston) et du Beijing Tiantan Hospital, lors de l’American Stroke Association International Stroke Conference 2023, le butylphtalide permet de protéger le tissu cérébral contre les dommages lorsque l'approvisionnement du cerveau en sang et en oxygène est coupé.

 

L’étude conclut que 3 mois après un AVC causé par un caillot, les participants qui ont reçu ce médicament à base de graines de céleri, le butylphtalide, en plus d'un traitement rapide contre le caillot, développent des symptômes neurologiques moins graves et reprennent plus rapidement un fonctionnement satisfaisant.

Dérivé du céleri, le butylphtalide protège le tissu cérébral

De précédentes études menées en Chine ont déjà documenté le potentiel du butylphtalide à protéger et préserver en toute sécurité le cerveau contre d'éventuels dommages liés à un AVC, chez l’animal modèle d’AVC ischémique. En Chine, le butylphtalide est homologué pour une utilisation dans le traitement des AVC ischémiques, cependant il doit encore être autorisé dans le reste du monde.

 

 « C’est le premier essai à montrer l'avantage d'utiliser un médicament qui protège le cerveau des dommages causés par un manque d'oxygène dans les tissus cérébraux », explique l’auteur principal, le Dr Baixue Jia, clinicien en neuroradiologie interventionnelle au département de neurologie du Beijing Tiantan Hospital (Pékin).

 

L’essai clinique a regardé chez 1.216 participants âgés de 66 ans ayant subi un AVC initialement traité avec du tPA ou une thérapie mécanique d'élimination des caillots si le butylphtalide permet d’améliorer les résultats. Seuls les participants, évalués 90 jours après l’AVC qui présentaient des symptômes d'AVC minimes ou modérés ont été inclus dans l’étude, étant exclus les patients avec symptômes sévères (définis comme > 26 sur l'échelle des AVC des National Institutes of Health, ou NIHSS). Les 607 participants du groupe d’intervention ont donc reçu du butylphtalide, par injection intraveineuse quotidienne pendant les 14 premiers jours, suivis de 76 jours de gélules orales, les 609 témoins recevant un placebo. Enfin, les résultats ont été jugés « favorables » en cas de :

 

  • AVC initialement léger à modéré (4-7 sur le NIHSS) sans aucun symptôme après le traitement ;
  • AVC initialement modéré à grave (8-14 sur le NIHSS) et sans symptôme résiduel ou symptômes légers après le traitement ;
  • AVC initialement grave (15-25 sur le NIHSS) mais ne présentant aucun symptôme résiduel ou seulement une légère incapacité.

 

L’analyse révèle que :

 

  • les participants du groupe d’intervention sont 70 % plus susceptibles d’avoir un résultat favorable à 90 jours vs témoins ;
  • le butylphtalide a permis d’améliorer significativement la fonction chez les patients qui ont initialement reçu du tPA, ceux qui ont reçu un traitement endovasculaire ou ceux qui ont reçu à la fois du tPA et un traitement endovasculaire ;
  • il n’y a pas de différence entre le groupe d’intervention et le groupe témoin concernant les événements secondaires, tels que les AVC récurrents et les hémorragies intracrâniennes (hémorragies cérébrales).
  • ainsi, les patients ayant développé un AVC ischémique traités avec un médicament anti-caillots et / ou un retrait mécanique des caillots et qui ont également reçu du butylphtalide, ont développé des troubles neurologiques plus légers, avec moins de symptômes et un meilleur fonctionnement 3 mois après l'AVC.

 

Quel processus ? Le fonctionnement du butylphtalide n'est pas clair et l’équipe prévoit de prochaines recherches sur les mécanismes d’action du butylphtalide chez l'Homme.

 

Enfin, si le butylphtalide, initialement composé d’extrait de graines de céleri, n'est pas prêt à être utilisé dans le traitement standard des AVC, ces données, très prometteuses, engagent à mener de plus larges essais cliniques.

Autres actualités sur le même thème