Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MULTIMORBIDITÉ : Nuit-elle à l’efficacité des traitements ?

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
PLoS Medicine
Des données clés pour les prescripteurs, les pharmacologues et les chercheurs (Visuel Adobe Stock 306823354)

Cette méta-analyse de 56 essais cliniques a regardé si les patients souffrant de plusieurs problèmes de santé bénéficient tout autant qu’ils le devraient -le juge de paix étant les données de la science- des traitements médicaux qui leur sont prescrits. L’analyse, publiée dans la revue PLoS Medicine, confirme que les résultats des essais cliniques sont bien applicables aux personnes atteintes de multimorbidité, donc qu’en d’autres termes l’efficacité des traitement, en particulier sur la qualité de vie, n’est pas impactée par la multimorbidité. Des données clés pour les prescripteurs, les pharmacologues et les chercheurs.

 

Les mesures de qualité de vie liées à la santé font également partie de l’évaluation des traitements et sont donc souvent incluses dans des essais cliniques randomisés. Cependant, on ignore si la multimorbidité – caractérisée par la prévalence de 2 conditions ou plus- peut modifier les effets du traitement sur la qualité de vie et leur évolution dans le temps.

La question se pose donc de l'applicabilité des résultats des essais aux personnes atteintes de multimorbidité.

L’étude répond à la question : cette méta-analyse de 56 essais cliniques confirme que de nombreux traitements médicaux profitent tout autant aux patients souffrant de plusieurs problèmes de santé qu'aux patients ne souffrant que d’une pathologie.

 

Les chercheurs ont passé en revue plus de 124 essais cliniques prenant en compte le nombre de classes de médicaments pris par le patient. L’analyse a finalement en compte 56 essais cliniques, portant sur un total de 33.421 participants prenant 23 classes de médicaments. L’analyse a également pris en compte une mesure générique des résultats de la qualité de vie. Le nombre de comorbidités a été calculé à partir des antécédents médicaux et/ou des données de prescription. L’analyse révèle que :

 

  • Après prise en compte de l’âge et du sexe, le nombre de comorbidités est associé à une qualité de vie inférieure au départ et à une baisse de la qualité de vie au fil du temps ;
  • en revanche, aucune preuve d'interaction entre le nombre de comorbidités et l'efficacité du traitement n’a été identifiée.

 

Ainsi, selon cette méta-analyse et cette modélisation, les effets du traitement sur la qualité de vie ne diffèrent pas en fonction de la multimorbidité ou le nombre de comorbidités au départ et cela vaut quelle que soit la maladie étudiée, son niveau de sévérité et le niveau de qualité de vie au départ.

 

Les implications sont importantes, pour les cliniciens comme les chercheurs : les preuves des essais cliniques sont susceptibles d’être applicables aux niveaux de comorbidité les plus élevés. Après se pose la question de la polymédication et de ses éventuels effets indésirables.

Autres actualités sur le même thème