Actualités

MICI : Une thérapie mieux ciblée contre le TNF-alpha

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 1 jour
Journal of Crohn's and Colitis
Alors que le facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-alpha) joue des rôles contraires selon le stade de la maladie et dans les différents tissus, ces scientifiques proposent de le cibler de manière mieux adaptée, via les récepteurs associés à son action inflammatoire (Visuel Adobe Stock 74089322)

Cette équipe de biologistes de l'Université de Californie à Riverside, propose ici un moyen d’accroître l’efficacité des médicaments contre les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI). Alors que le facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-alpha) joue des rôles contraires selon le stade de la maladie et dans les différents tissus, ces scientifiques proposent de le cibler de manière mieux adaptée, via les récepteurs associés à son action inflammatoire. Cette perspective de nouveaux traitements plus efficaces, pour un plus grand nombre de patients atteints de MICI, est documentée dans le Journal of Crohn's and Colitis.

 

Le syndrome du côlon irritable (IBD / inflammatory bowel disease) est l’une des principales MICI avec la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Le syndrome du côlon irritable est généralement traité avec des médicaments biologiques qui empêchent une molécule inflammatoire, TNF-alpha, de se lier à 2 récepteurs, TNFR1 et TNFR2. Seulement 50 % des patients répondent au traitement.

Le facteur TNF-alpha est à l'origine d'une grande partie de l'inflammation et de la destruction des tissus dans les MICI,

explique le Dr David D. Lo, éminent professeur de sciences biomédicales à la Faculté de médecine. C’est pourquoi il est ciblé par les médicaments. Cependant, les chercheurs ont regardé comment une thérapie encore plus ciblée pourrait être plus efficace que les approches existantes.

 

 2 récepteurs du TNF- α, TNFR1 et TNFR2 sont présents dans les cellules qui se lient au TNF-alpha. Actuellement, les médicaments ciblant le TNF-alpha bloquent à la fois TNFR1 et TNFR2. Or, TNFR1 est documenté comme à l'origine de la plupart des effets destructeurs observés dans les MICI, tandis que TNFR2 peut favoriser la guérison et la restauration.

  • En bloquant les 2 récepteurs, les médicaments actuels bloquent simultanément les effets destructeurs et la récupération.
  • Cibler spécifiquement TNFR1 : le ciblage sélectif de TNFR1 avait déjà été documenté comme une stratégie possible, plus bénéfique. Les chercheurs ont donc utilisé un réactif permettant de bloquer sélectivement TNFR1.

 

In vivo:

  • des souris modèles d’IBD traitées avec ce réactif récupèrent de la maladie ;
  • la réduction, par manipulation génétique, de la signalisation de TNFR1 induit des avantages significatifs par rapport aux souris ayant une expression normale de TNFR1 ;
  • une déficience génétique en TNFR2 entraîne également une maladie beaucoup plus grave, ce qui suggère que le TNFR2 apporte effectivement des effets bénéfiques.

 

TNF-alpha, une protéine ambiguë : plusieurs maladies, telles que la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques et le psoriasis, sont liées à l'action du TNF-alpha. En effet, les différents tissus du corps sont différemment sensibles aux effets du TNF-alpha. Et le rôle des récepteurs TNFR1 et TNFR2 varie dans les différents tissus. Le TNF-alpha est un moyen très courant par lequel votre corps réagit aux déclencheurs inflammatoires, tels que l'infection. Mais la protéine peut médier plusieurs processus dans le corps pour favoriser l'inflammation. En d'autres termes, selon le contexte clinique et le stade de la maladie, TNF-alpha peut jouer des rôles contraires.

 

« Finalement, il s'agit de trouver en permanence les meilleurs médicaments et les meilleures cibles pour traiter les malades », concluent les chercheurs.

 

L'étude a été soutenue par Pfizer, Inc.

Autres actualités sur le même thème