Vous recherchez une actualité
Actualités

AVC : Le Tai Chi pour reprendre son corps et ses esprits

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 6 jours
EuroHeartCare
Le tai-chi est confirmé comme une pratique efficace pour soulager la dépression et apaiser l'anxiété chez les survivants d'un accident vasculaire cérébral (AVC), mais pas seulement (Visuel Adobe Stock 291479324)

Le tai-chi est confirmé comme une pratique efficace pour soulager la dépression et apaiser l'anxiété chez les survivants d'un accident vasculaire cérébral (AVC), mais pas seulement, conclut cette étude présentée lors du Congrès 2021 EuroHeartCare - ACNAP de la Société Européenne de Cardiologie (ESC). Cette petite étude pilote suggère que la pratique du tai-chi permet aux personnes victimes d’un AVC de retrouver un sommeil de meilleure qualité.

 

Les troubles anxieux, dépressifs ou du sommeil surviennent chez environ un tiers des survivants d'un AVC et sont associés à des taux d'incapacité et de mortalité plus élevés. Les personnes souffrant de dépression post-AVC signalent également fréquemment de l'anxiété, du stress et un mauvais sommeil. Le tai-chi qui se concentre sur la libération des tensions dans le corps, pourrait contribuer à réduire ces différents symptômes et à favoriser la récupération post-AVC avec un retour à une meilleure qualité de vie.

« Les interventions corps-esprit sont bienvenues dans la récupération post-AVC »,

souligne l’auteur principal, le Dr Ruth Taylor-Piliae de l'Université de l'Arizona : « La pratique du tai-chi permet à la personne de calmer l'esprit en se concentrant sur le présent et en mettant de côté les émotions négatives inutiles, telles que la dépression ».

 

L’étude a évalué les effets de la pratique du tai-chi chez 11 survivants d'un AVC, âgés en moyenne de 70 ans, signalant des symptômes de dépression. Les participants ont suivi un programme de 3 séances par semaine, sur 8 semaines. Chaque séance comprenait une période d'échauffement de 10 minutes, 40 minutes de pratique du tai-chi et une période de récupération de 10 minutes. Les participants ont progressivement appris 24 mouvements de base. Les chercheurs ont évalué les symptômes de dépression, d'anxiété et de stress avant et après l’intervention à l'aide de questionnaires standardisés. Le sommeil a été évalué pendant la nuit à l'aide d'un accéléromètre. A la fion du programme, les chercheurs observent :

 

  • des réductions significatives des symptômes de dépression, d'anxiété et de stress par rapport aux mesures à l’inclusion ;
  • une meilleure qualité de sommeil, moins d'éveils après l'endormissement et moins de temps d'éveil ;
  • alors qu’au départ, les participants signalaient des symptômes légers à modérés de dépression, d'anxiété et de stress, des améliorations dans tous ces symptômes autodéclarés et dans le sommeil sont obtenus avec une intervention de 8 semaines de pratique seulement ;
  • l’analyse de prélèvements de sang montre que les marqueurs de stress oxydatif ont baissé après l'intervention, mais aucun changement significatif n’est observé dans les marqueurs inflammatoires.

 

Le tai-chi contribue ainsi à réduire les symptômes dépressifs chez les survivants d'un AVC et améliore également les marqueurs biochimiques associés à la dépression.

 

Si des recherches supplémentaires sont nécessaires pour recommander la pratique du tai-chi post-AVC, ces premiers résultats sont prometteurs avec, quoiqu'il en soit,  un risque négligeable d’effets indésirables…

Autres actualités sur le même thème