Vous recherchez une actualité
Actualités

BINGE WATCHING: Trop longtemps face à l'écran et votre sang se fige aussi

Actualité publiée il y a 3 années 2 mois 2 semaines
Circulation

D’innombrables études ont alerté sur les risques métabolique et cardiaque liés à la sédentarité et, en particulier au temps prolongé passé face aux écrans. Le risque « cognitif » a également été évoqué. Cette nouvelle étude, présentée dans la revue Circulation, montre que "dévorer" des séries ou pratiquer le "binge watching" entraîne un risque accru d'embolie pulmonaire, une maladie qui suit fréquemment le développement d’une thrombose veineuse profonde… Des données présentées dans la revue Circulation, qui alertent contre les risques de ce nouveau type de sédentarité.

Ces chercheurs japonais, de l'Osaka University qui parlent de « binge watching » comme on parle de « binge drinking ou de binge eating » ont spécifiquement évalué le taux de décès par embolie pulmonaire ou blocage du flux sanguin du cœur vers les poumons, chez 84.024 adultes âgés de 40 à 79 ans et suivis durant près de 20 ans. Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles, dont l'IMC, l'HTA, le tabagisme, le stress, les niveaux d'éducation, la pratique de l'exercice physique. Les participants ont été répartis en fonction de leur temps d'écran (moins de 2,5 heures, entre 2,5 et 5 heures, plus de 5 heures). L'analyse constate que,


· au cours des 20 ans de suivi, 59 décès par embolie pulmonaire ont été enregistrés, 19 chez des participants qui ont regardé quotidiennement la télévision pendant moins de 2,5 heures, 27 pendant 2,5 à 5 heures, et 13 pendant 5 heures ou plus.

· les participants qui ont regardé régulièrement plus de 5 heures la télévision chaque jour ont un risque de décès par embolie pulmonaire multiplié par 2,5 vs ceux qui la regardent moins de 2,5 heures.

· Le risque accru de décès par embolie pulmonaire semble dose-dépendant, c'est-à-dire du temps passé à regarder la télévision.

Un résultat alarmant mais pas surprenant et qui doit cependant être mis en regard avec le taux de décès somme toute très faible par embolie pulmonaire, en valeur absolue. Ce qui signifie que si le risque est très augmenté par cette forme de sédentarité, il reste néanmoins relativement faible. Enfin, compte-tenu du petit nombre de décès par embolie recensés dans l'étude, la précision de ces conclusions reste sujette à caution. Néanmoins, cette large étude de cohorte prospective suggère bien que rester longtemps face à l'écran ajoute au risque cardiovasculaire et notamment de décès par embolie pulmonaire.

Autres actualités sur le même thème