Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER COLORECTAL : Les antibiotiques facteur majeur de risque avant 50 ans

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 13 heures
Annals of Oncology et ESMO
L'utilisation d'antibiotiques est associée à un risque accru de cancer du côlon à tous âges (Visuel Adobe Stock 286032180)

Ces nouvelles données présentées à l’ESMO World Congress on Gastrointestinal Cancer 2021, et à paraître dans les Annals of Oncology, renforcent la nécessité de réduire l'utilisation inutile d'antibiotiques : pris trop fréquemment, ces médicaments peuvent augmenter le risque de cancer du gros intestin (côlon), en particulier chez les personnes de moins de 50 ans. Des données qui soulèvent de nouvelles inquiétudes face à l'augmentation estimée à 65%, entre 2000 et 2015, de la consommation mondiale d'antibiotiques.

 

Il s'agit de la première étude à établir un lien entre l'utilisation d'antibiotiques et le risque croissant de cancer du côlon à apparition précoce - une maladie dont l’incidence augmente à un taux d'au moins 3% par an depuis ces 2 dernières décennies. La « junk » food, les boissons sucrées, l'obésité et l'alcool contribuent à cette augmentation, mais ces nouvelles données soulignent l'importance d'éviter les antibiotiques inutiles, en particulier chez les enfants et les jeunes adultes, explique l’auteur principal Sarah Perrott, de l'Université d'Aberdeen (UK).

 

L’analyse a porté sur les données d’une grande base de soins primaires suivant 2 millions de personnes, dont près de 8.000 personnes atteintes d'un cancer de l'intestin (côlon et rectum) appariées à des participants exempts de cancer de l'intestin. L’analyse montre que :

  • l'utilisation d'antibiotiques est associée à un risque accru de cancer du côlon à tous âges ;

  • le risque est augmenté de près de 50 % chez les moins de 50 ans vs 9 % chez les plus de 50 ans ;
  • dans le groupe d'âge plus jeune, l'utilisation d'antibiotiques est liée à des cancers dans la première partie du côlon ;
  • les quinolones et les sulfamides/triméthoprime sont significativement associés à ces cancers.

 

Le Dr Leslie Samuel, de l’Aberdeen Royal Infirmary, auteur principal de l'étude précise que le contenu du côté droit du côlon est plus liquide et que les bactéries naturelles qui y vivent, peuvent être différentes de celles situées plus loin dans le côlon.

 

Antibiotiques, microbiome, cancer ? Les chercheurs souhaitent savoir s'il existe un lien entre l'utilisation d'antibiotiques et des modifications du microbiome qui peuvent rendre le côlon plus sensible au cancer, en particulier chez les jeunes. « Nous ne savons pas encore si les antibiotiques peuvent induire des effets sur le microbiome qui pourraient directement ou indirectement contribuer au développement du cancer du côlon " , écrivent les chercheurs.

 

Le cancer colorectal généralement plus agressif chez les jeunes : sur les 2 millions de personnes diagnostiquées avec un cancer du côlon dans le monde chaque année, les jeunes âgés de 20 à 40 ans atteints d'un cancer du côlon ont généralement un pronostic plus mauvais, car ces cancers sont détectés plus tardivement. Les médecins sont moins susceptibles de diagnostiquer un patient souffrant d'inconfort abdominal s'il a la trentaine et les patients plus jeunes ne sont pas éligibles au le dépistage du cancer colorectal.

 

Le message aux médecins est donc double, toujours prescrire les antibiotiques avec raison et penser au cancer de l'intestin chez les patients plus jeunes présentant des symptômes abdominaux. S’il est trop tôt pour conclure que l'utilisation excessive d'antibiotiques est un facteur causal indépendant, l'impact des antibiotiques sur la flore intestinale est lui certain et pourrait expliquer l’association constatée dans cette large étude.

Autres actualités sur le même thème