Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de l'OVAIRE: Pourquoi il faut éviter l'usage de talc génital

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 2 jours
Epidemiology

Certaines femmes, en cas de démangeaisons par exemple, ont recours au talc pour calmer les irritations des parties génitales. Mais en pénétrant dans le tractus génital supérieur, le talc peut entraîner ou favoriser le risque de cancer de l'ovaire, révèle cette étude. Ses résultats, publiés dans la revue Epidemiology, consolident la preuve sur le caractère cancérigène possible, du talc génital, conformément au classement du Centre international de recherche sur le cancer (IARC).

Qu'est-ce que le talc ? C'est une poudre minérale constituée essentiellement de magnésium, de silicium et d'oxygène. Son indication ? Absorber l'humidité, réduire les irritations liées aux frottements et prévenir les éruptions cutanées. Le talc est largement utilisé dans les produits d'hygiène pour bébés et certains produits cosmétiques, comme la poudre pour le visage, par exemple. Jusqu'aux années 70, certains talcs contenaient même de l'amiante, une substance bien connue et classée comme cancérigène. L'association talc et risque de cancer a déjà été suggérée chez les personnes exposées professionnellement à long terme aux fibres de talc, mais également évoquée chez les femmes qui font régulièrement usage de talc sur la zone génitale. Cependant, les études d'exposition au talc sans amiante menées chez l'animal, n'ont eu que des résultats mitigés.


Les chercheurs de l'hôpital Brigham and Women ont mené cette étude chez plus de 2.000 femmes atteintes du cancer de l'ovaire et un groupe témoin de taille similaire exempt de la maladie, participant à la Nurses' Health Study. L'analyse constate,

· une augmentation du risque de cancer de l'ovaire avec l'utilisation de talc génital.

· Une augmentation du risque avec la fréquence d'utilisation du talc et l'utilisation de la thérapie de substitution hormonale.

Précisément,

· l'utilisation de talc génital est associée à un risque accru de 33% de cancer de l'ovaire (OR : 1,33), après ajustement pour l'âge, en particulier.

· Les femmes les plus susceptibles de recourir au talc pour cet usage, sont :

- plus âgées,

- de poids corporel plus élevé,

- sont plus susceptibles de souffrir d'asthme,

- d'utiliser régulièrement des analgésiques.

· Les femmes utilisant un traitement hormonal, âgées de plus de 24 ans et utilisatrices de talc présentent le risque de cancer de l'ovaire le plus élevé (OR : 2,33).

Si l'étude ne démontre pas un lien de la cause à effet, si son échantillon reste limité et si on ignore si l'utilisation du talc précède le cancer, ces données suggèrent la prudence sur l'utilisation du talc génital. Avec, un rappel, celui du Centre international de recherche sur le cancer qui a classé le talc génital comme agent cancérigène possible.

Autres actualités sur le même thème