Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: L'épigénétique explique 15 % des cancers de la gorge lié à l'alcool et au tabac

Actualité publiée il y a 2 années 7 mois 3 semaines
Nature Genetics

C’est une piste inattendue pour traiter les cancers chez l'adulte que révèlent ces chercheurs du McGill University Health Centre : une modification épigénétique pourrait être à l'origine de 15 % des cancers de la gorge liés à l'alcool et au tabac chez l'adulte. Cette découverte, présentée dans la revue Nature Genetics, ouvre une piste importante d’amélioration de la prise en charge de ces patients, avec le développement de nouveaux traitements ciblés et plus efficaces.

« Une découverte est totalement inattendue », explique le Dr Nada Jabado, aussi hémato-oncologue et pédiatre, co-auteur de l'étude et chercheur à l'Université McGill, dans son communiqué. Son équipe avait déjà découvert que ce type d'altérations de l'épigénome était présent dans d'autres types de tumeurs chez l'enfant et les jeunes adultes.


L'épigénétique dans les cancers pédiatriques : l'équipe canadienne est spécialisée dans l'étude des histones, des protéines qui permettent de compacter notre ADN et de réguler l'expression de nos gènes. Une publication du Tumor Cancer Genome Atlas Consortium de 2015 sur les cancers ORL a mis en cause un des gènes qui régule un histone, l'histone 3, sur les mutations de laquelle l'équipe s'est concentrée pour cette étude. Mais au lieu de se concentrer sur les mutations génétiques, les chercheurs ont regardé leurs effets sur les protéines de l'histone 3 et découvert que la protéine de l'histone 3 était anormale chez environ 15 % des patients atteints d'un cancer ORL.

Vers une thérapie qui cible l'épigénome : cette découverte révèle un sous-groupe de patients qui pourrait bénéficier d'une thérapie qui cible l'épigénome, c'est-à-dire des différences d'expression des gènes dans les cellules. Alors que les cancers de la gorge sont traités par chirurgie, radiothérapie ou chimiothérapie, avec des effets secondaires souvent importants et des récidives fréquentes, il existe un besoin important de nouveaux traitements plus efficaces et avec moins d'effets secondaires. L'identification de cette modification épigénétique ouvre ces nouvelles perspectives de traitements, à l'aide notamment de molécules déjà disponibles à tester dans ces cancers ORL. Et, selon le Dr Jabado les implications pourraient être plus largement positives pour les cancers pédiatriques.

Enfin, avec cette étude, les chercheurs confirment le poids de l'épigénétique et des facteurs environnementaux, comme le tabac ou l'alcool, sur le risque de cancer.

Autres actualités sur le même thème