Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER : Les aléas de la réplication ADN y sont pour les 2 tiers

Actualité publiée il y a 3 années 6 mois 1 semaine
Science

La malchance est-elle la principale cause de cancer?, titrent les articles couvrant cette étude de l’Université Johns Hopkins (Baltimore) qui a regardé précisément le poids des différents facteurs (génétiques, environnementaux dont de mode de vie et les aléas de la réplication ADN) pouvant affecter le risque de cancer. Leurs conclusions, présentées dans la revue Science montrent toute l’influence pour la plupart des cancers, des erreurs aléatoires dans le code génétique durant la division cellulaire. Bref, un sacré poids du « hasard » mais qui n’exclut pas, bien sûr, d’opter pour un mode de vie sain.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Il est bien connu que les facteurs environnementaux et héréditaires sont la cause de nombreux cancers, cependant cette étude a voulu évaluer l'impact d'un troisième facteur, les mutations génétiques aléatoires qui se produisent par hasard lorsque les cellules du corps se divisent à plusieurs reprises. Pour cela, les chercheurs ont analysé les données de 423 registres du cancer de 69 pays dans le monde pour estimer la proportion de cancers liée au hasard.


Un peu plus d'un tiers des cancers lié au « hasard » : alors que le cancer est le résultat de l'accumulation progressive de mutations génétiques -ce qui favorise un plus grand nombre de cellules anormales- cette analyse des données des registres a précisé la relation entre le nombre de divisions de cellules souches et les taux de cancer dans le monde. Car, lorsque les cellules se divisent, il est toujours possible qu'une erreur se produise. Les chercheurs ont examiné 17 types différents de cancer associés à des données sur les cellules souches puis analysé la relation entre le nombre de divisions de cellules souches dans un tissu particulier et le risque à vie de cancer dans ce tissu. Enfin, les chercheurs ont estimé quelle fraction de cancers pourrait être liée à des facteurs héréditaires, environnementaux, et à ces aléas de la division cellulaire.

Une relation significative entre le nombre de divisions de cellules souches dans un tissu et les taux de cancer, est confirmée :

-Le coefficient de corrélation médiane entre la naissance et l'âge de 85 ans s'élève à 0,80, ce qui suggère une relation très forte entre le nombre de divisions cellulaires dans un tissu et l'incidence du cancer associé à ce tissu (Un coeff. De « 1 » correspondrait à une corrélation exacte).

-Les liens s'avèrent assez uniformes d'un pays à l'autre, mais plus élevés dans les pays d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Océanie (corrélation de 0,81 à 0,83) que dans les pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine (0,72 à 0,73).

-Les chercheurs estiment que si les influences environnementales pouvaient théoriquement être réduites à zéro, environ 35% des mutations causes de cancer serait toujours liés au hasard.

-En synthèse, les chercheurs estiment que 29% des mutations cancéreuses sont liées à l'exposition environnementale, 5% à la génétique, et 66% au hasard !

-Ces proportions varient cependant considérablement selon le type de cancer.

Des résultats cohérents par rapport aux précédentes données sur les facteurs environnementaux du risque de cancer, mais qui appellent au dépistage précoce pour réduire les décès liés aux nombreux cancers découlant de mutations « inévitables » - celles liés aux aléas de la division cellulaire.

Autres actualités sur le même thème