Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: Un mode de vie plus sain peut réduire le risque de moitié

Actualité publiée il y a 3 années 10 mois 3 semaines
JAMA Oncology

La moitié de tous les décès par cancer pourraient être évités si on adoptait tous, simplement un mode de vie sain. En particulier, quelques heures d’exercice par semaine apparaissent comme la mesure majeure pour réduire la mortalité par cancer, selon cette étude de la Harvard Medical School soutenue par les US National Institutes of Health.

En février 2016, une équipe française, de l'Inserm, révélait déjà l'évolution importante de l'impact des facteurs de mode de vie sur le risque de cancer du sein, au cours de la vie. Cette étude menée sur les données de près de 70.000 femmes montrait que si avant la ménopause, 6 cancers sur sein sur 10 ne sont pas attribuables à des facteurs comportementaux, après la ménopause, un cancer sur 2 pourrait être évité avec un mode de vie sain. Cette nouvelle étude ajoute à la preuve que des changements de mode de vie simples peuvent considérablement réduire les taux de mortalité par cancer.


Les chercheurs de Harvard ont recueilli les données de mode de vie -dont la pratique de l'exercice et le régime alimentaire- de 135.910 professionnels de la santé (89.571 femmes et 46.339 hommes) et pris en compte les données d'incidence et de décès par cancer tous les deux ans. Les chercheurs ont rapproché les taux de cancer des niveaux de revenus et des facteurs de mode de vie. Leur analyse montre qu'une grande partie des cas de cancer et de décès est associée à un mode de vie à risque élevé, avec des facteurs néfastes dont le surpoids, le tabagisme, l'excès d'alcool et la sédentarité. Précisément,

- 21% de tous les participants (soit 12% de femmes et 9% d'hommes) ont été considéré comme étant à faible risque de cancer en regard de leurs facteurs de risque,

- 79% à risque élevé (54% de femmes et 25% d'hommes).

- L'incidence du cancer s'élève, chez ces participants à 463 pour les femmes et 283 pour les hommes / 100.000 habitants dans le groupe à faible risque,

- comparativement à 618 pour les femmes et 425 pour les hommes dans le groupe à risque élevé.

- les chercheurs estiment ainsi que 25% des cancers chez les femmes et 33% des cancers chez les hommes sont attribuables à des facteurs de mode de vie,

- 48% des décès par cancer chez les femmes et 44% des décès par cancer chez les hommes sont attribuables à un mode de vie malsain.

Par différents types de cancer, les résultats sont les suivants :

· poumon : 82% pour les femmes, 78% pour les hommes

· intestin : 29% pour les femmes, 20% pour les hommes

· pancréas : 30% pour les femmes, 29% pour les hommes

· vessie : 36% pour les femmes, 44% pour les hommes

Les estimations sont similaires pour les décès par cancer, mais d'autres associations sont constatées pour certains autres cancers, notamment du sein (12%), de l'utérus (49%), des reins (48% chez les hommes), et cancers oraux-pharyngés (75% chez les femmes et 57% chez les hommes).

Ø Ainsi, entre un quart et un tiers de tous les cas de cancer dans ce groupe de population à mode de vie « risqué » pourraient être attribués à ces facteurs de mode de vie.

Des résultats en accord avec de précédentes études et l'important corpus de littérature démontrant l'importance des facteurs environnementaux, dont de mode de vie sur la santé. L'étude suggère aussi que quelques « petits » changements de mode de vie peuvent apporter de grands bénéfices en termes de prévention des cancers.

Autres actualités sur le même thème