Actualités

GLIOBLASTOME : Le CANNABIDIOL réduit la taille de la tumeur !

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 2 jours
Cannabis and Cannabinoid Research
Le CBD réduit la taille du glioblastome et recrée un microenvironnement défavorable à la croissance de la tumeur (Adobe Stock 275023643)

Une étude toute récente avait déjà suggéré que l’utilisation de certains cannabinoïdes, dont l’huile de cannabidiol (CBD) pourrait contribuer à la régression de certaines tumeurs, ouvrant ainsi tout un paradigme de nouveaux bénéfices pour ce composé déjà prometteur dans de multiples indications. Cette nouvelle recherche, publiée dans le Cannabis and Cannabinoid Research, suggère le même effet bénéfique en montrant, chez l‘animal que le CBD réduit la taille du glioblastome et recrée un microenvironnement défavorable à la croissance de la tumeur. Ces travaux menés chez l’animal, mais très aboutis suggèrent des effets remarquables du cannabis, des effets qui pourraient être également bénéfiques dans de nombreuses conditions -dont la maladie d’Alzheimer- caractérisées par la neuroinflammation.

 

L’un des auteurs principaux, le Dr Martin Rutkowski, neurochirurgien rappelle les effets dramatiques du glioblastome. Les patients ont tendance à se présenter après une crise ou perte de conscience soudaine, ou avec une apparition plus lente de déficits neurologiques comme une faiblesse dans le bras, des troubles de la vision ou des problèmes cognitifs : « C’est probablement l’un des cancers les plus agressifs. Nous avons désespérément besoin de plus de traitements. D’autant que les traitements actuels ne fonctionnent pas très bien ». Ceux-ci comprennent notamment la chirurgie, suivie de la chimiothérapie et de la radiothérapie. La chirurgie permet de passer une première étape importante pour maximiser la qualité de vie et le pronostic, d’autant qu’il existe une relation claire entre la quantité de tumeur réséquée et la durée de survie, explique le neurochirurgien.

Avec le CBD « Nous constatons une réduction significative de la taille de la tumeur et une modification de son microenvironnement après seulement 7 jours de traitement »,

résume le co-auteur principal, le Dr Babak Baban, immunologiste et chercheur à l'Université d'Augusta.

 

L’étude préclinique : l’équipe utilise ici une approche par inhalateur qui permet de garantir que le CBD atteint bien le cerveau mais aussi que ces résultats pourraient être plus facilement transposés aux patients, en pratique clinique. Les scientifiques ont d’abord créé, à l’aide de cellules de glioblastome humaines modifiées, un modèle de glioblastome orthotopique c’est-à-dire le plus réaliste possible de tumeur cérébrale maligne. Au 8è jour, la tumeur s'était établie dans le cerveau des souris, et au 9è jour, les souris ont commencé à recevoir des doses quotidiennes de CBD par inhalation -vs placebo. Ce traitement a été poursuivi durant 7 jours. Les chercheurs ont ensuite examiné la réponse biologique de la tumeur au CBD, par imagerie et par analyse directe du tissu tumoral. L’étude montre que :

le CBD modifie l'écosystème de la tumeur

  • le CBD restaure d'inflammation à des niveaux qui ciblent plutôt que ne protègent le glioblastome, restaurant « une sorte d’équilibre immunitaire » : ce type d’inflammation correspond à une attaque de première ligne de la tumeur, soit une réponse normale ;
  • le CBD recrée un microenvironnement tumoral défavorable à la tumeur : ce microenvironnement tumoral établi par les cellules cancéreuses comprend des éléments tels que des cellules immunitaires ainsi que des vaisseaux sanguins et des facteurs de croissance pour permettre une croissance accrue des vaisseaux sanguins (angiogenèse), ce qui est essentiel à la croissance et à la survie puis à la propagation de la tumeur. Dans le glioblastome, le microenvironnement tumoral a une activité accrue des points de contrôle immunitaires naturels, ce qui contribue à prévenir une réponse immunitaire trop zélée qui pourrait nuire au corps, comme ce qui se passe dans les maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde. Mais dans ce cas, cet amortissement « immunitaire » est plutôt en sa faveur. Enfin toujours Dans le glioblastome, il existe une présence particulièrement faible de cellules T cytotoxiques.
  • Le CBD améliore la réponse immunitaire contre la tumeur,
  • en produisant une inflammation bénéfique ;
  • en réduisant les niveaux de protéine P-sélectine -une protéine à double rôle mais qui aide les tumeurs à se propager et à résister aux traitements ;
  • en réduisant les niveaux de protéine apeline, une enzyme omniprésente fabriquée par de nombreux types de cellules différents, et dont l’expression est beaucoup plus élevée dans le glioblastome : dans cet environnement apeline favorise la croissance critique des vaisseaux sanguins, favorise les cellules souches cancéreuses, et fonctionne comme un point de contrôle immunitaire dans le microenvironnement tumoral. Le CBD induit l'inhibition de l'apéline, ce qui diminue le taux de croissance de la tumeur.
  • Le CBD supprime également l'IL-8, que les macrophages libèrent normalement pour favoriser l'inflammation et aider à la réparation des blessures, et qui recrute d'autres cellules immunitaires dans le processus. Mais le glioblastome sécrète également de l'IL-8 pour favoriser la migration cellulaire et l'angiogenèse et son niveau est élevé dans de nombreux cancers, y compris le glioblastome.
  • Le CBD réduit également d'autres points de contrôle immunitaires clés, comme l'enzyme indoléamine 2,3 dioxygénase, ou IDO, un autre point de contrôle immunitaire utilisé par les tumeurs.
  • Le CBD augmente en revanche l'expression de protéines bénéfiques, comme CD103, un complexe qui aide le système immunitaire à reconnaître le cancer et à le cibler, ainsi que l’expression de CD8, une protéine enrobée de sucre qui favorise également la réponse immunitaire contre la tumeur.

En synthèse, le CBD est un régulateur immunitaire très intelligent

capable d’effectuer des ajustements en fonction du microenvironnement tumoral.

 

Chez les souris, les résultats sont flagrants, la tumeur rétrécit et sans qu’il y ait besoin d'autres thérapies, comme la chirurgie. Si le CBD était autorisé pour les patients atteints de glioblastome il serait utilisé comme complément aux thérapies standards.

 

Les chercheurs vont maintenant évaluer la durée de ces changements bénéfiques et tenter de décrypter les effets directs du CBD sur les cellules souches cancéreuses. Ils souhaitent également évaluer l'impact du CBD sur les taux de récidive (élevés) du glioblastome.

Enfin, ces avantages du CBD pour contrôler l'inflammation pourraient valoir dans de nombreuses autres conditions où l'inflammation est critique, dont la maladie d'Alzheimer…

Autres actualités sur le même thème