Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCÉROGÈNES : 8 nouvelles substances à l’index

Actualité publiée il y a 4 mois 3 jours 6 heures
NIEHS
En plus des cancérogènes déjà répertoriés, 8 nouvelles substances cancérogènes « font leur entrée », une infection bactérienne chronique, un retardateur de flamme et 6 sous-produits de désinfection de l'eau (Visuel Adobe Stock 112857394)

Le département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) vient de publier son 15e rapport sur les cancérogènes, sur le site du National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS/NIH). En plus des cancérogènes déjà répertoriés, 8 nouvelles substances cancérogènes « font leur entrée », une infection bactérienne chronique, un retardateur de flamme et 6 sous-produits de désinfection de l'eau.

 

Au total, ce sont aujourd’hui 256 substances certainement ou probablement susceptibles de provoquer le cancer chez l'Homme qui sont répertoriées. S’entendent ici comme « substances » ou facteurs, des composés chimiques, des agents infectieux comme les virus, des agents physiques comme les rayons X et UV ainsi que des types d'exposition. Une substance est répertoriée comme étant soit connue pour être cancérigène pour l'homme, soit raisonnablement susceptible d'être cancérigène pour l'homme. Enfin, le rapport comprend le niveau de capacité cancérigène de la substance, le niveau et la durée d'exposition et la susceptibilité moyenne d'un individu à l’effet cancérigène de la substance.

 

Préparé par les experts du National Toxicology Program (NTP) pour le Département américain de la Santé, ce rapport coïncide avec le 50e anniversaire de la loi nationale américaine sur le cancer (1971), qui a lancé le plan « anticancer » des Etats-Unis.

L'infection chronique par la bactérie Helicobacter pylori (H. pylori) est répertoriée comme étant certainement cancérigène

pour l'homme : H. pylori est une bactérie qui colonise l'estomac et peut provoquer des gastrites et des ulcères gastroduodénaux. La plupart des gens ne présentent pas de symptômes. Cependant, une infection chronique peut entraîner un cancer de l'estomac et un type rare de lymphome gastrique. L'infection se produit principalement par contact de personne à personne, en particulier dans les logements surpeuplés ou en buvant de l'eau contaminée.

 

Des substances comme le trioxyde d'antimoine chimique ignifuge et 6 acides haloacétiques (AHA) sous-produits de la désinfection de l'eau sont répertoriés dans ce nouveau rapport comme probablement cancérigènes pour l'homme. Le trioxyde d'antimoine est principalement utilisé comme composant d'ignifugeants dans les plastiques, les textiles et d'autres produits de consommation. L'exposition la plus élevée est relevée chez les travailleurs qui produisent la substance ou l'utilisent pour fabriquer des retardateurs de flamme. Cependant, l’exposition peut se produire en respirant de l'air extérieur contaminé ou de la poussière provenant de l'usure des produits de consommation concernés.

 

Quant aux AHA, ils se forment lors de la désinfection de l'eau à partir d'une réaction entre les agents chlorés et la matière organique.

 

Alors que « le cancer affecte la vie de presque tout le monde, directement ou indirectement », relève le Dr Rick Woychik, directeur du NIEHS, « l'identification des agents cancérigènes est une étape clé dans la prévention du cancer ».

Autres actualités sur le même thème