Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS MÉDICAL : Et si sa légalisation réduisait l’addiction aux opioïdes ?

Actualité publiée il y a 1 année 9 mois 4 jours
Journal of Health Economics
Quel lien entre la légalisation et une utilisation plus large du cannabis médical et l’évolution du nombre de décès liés aux opioïdes ?

Cette équipe du RAND Drug Policy Research Center (Santa Monica) a regardé le lien entre la légalisation et une utilisation plus large du cannabis médical et l’évolution du nombre de décès liés aux opioïdes. Et cette association semble bien évoluer au fur et à mesure de l’élargissement de la légalisation du cannabis mais aussi en fonction des règles de dispensation. Ainsi, à court terme, l’existence de dispensaires de délivrance du cannabis médical favorise la baisse des décès liés aux opioïdes. Cependant ces données présentées dans le Journal of Health Economics suggèrent que l’usage thérapeutique du cannabis n'est qu'une stratégie de court terme pour lutter contre l'épidémie d'opioïdes et que la relation opioïdes/cannabis reste très complexe chez la grande majorité des patients.

Une récente étude avait montré qu’alors que la plupart des patients présentant une dépendance aux opioïdes souffrent également de douleurs chroniques, et souvent de dépression et d'anxiété, l’utilisation du cannabis dont on pourrait penser qu’il contribue à « décrocher » des opioïdes, pourrait prendre le relais sur la prise en charge de la douleur et des troubles de l’humeur. Mais cette étude révélait que chez ces patients très vulnérables, ces symptômes sont difficiles à gérer et que la relation entre la douleur et l'humeur se trouve en réalité renforcée avec l’augmentation de la consommation de cannabis.

 

La légalisation du cannabis médical freine l’épidémie d’opioïdes à court terme seulement :

ce rapport particulièrement détaillé sur les cas de décès de surdose d'opioïdes et les données d’utilisation du cannabis médical, montre que :

  • la légalisation du cannabis médical est associée à des niveaux plus faibles de décès d'opioïdes, mais à court terme seulement et seulement dans les États qui disposent de dispensaires de délivrance de cannabis médical ce qui facilite aussi son accès, dans un premier temps, aux patients.
  • Ainsi, lorsque les chercheurs concentrent leur analyse sur la période de 1999 à 2010, ils obtiennent une baisse d'environ 20% des décès par surdose d'opioïdes, dans les États autorisant des dispensaires de cannabis « faiblement » réglementés.
  • En revanche, dans les États qui autorisent patients et soignants à cultiver leur propre cannabis et ne régulent pas l’accès à la substance, le même effet n’est pas constaté.
  • Enfin, lorsque les chercheurs prolongent leur analyse jusqu'en 2013, ils constatent que l'association entre la légalisation du cannabis médical et la réduction des taux de décès liés aux opioïdes a disparu. En cause les règles de dispensation qui se sont en général durcies.

 

Le cannabis freine mais ne résout pas la crise des opioïdes : bref, ces résultats semblent suggérer une association entre la légalisation du cannabis médical et la baisse des décès par surdose d'opiacés, mais dans certains cas et à court terme seulement, commente le Dr Rosalie Liccardo Pacula, co-auteur de l'étude et co-directeur du RAND Drug Policy Research Center. Car cet effet de diminution, permis par l’existence de ces dispensaires, semble s’épuiser avec leur règlementation de plus en plus rigoureuse. Pour les chercheurs, c'est le signe que le cannabis médical, en soi, ne sera pas la solution à la crise des opioïdes.

 

Quelles explications à la baisse de l'association entre les dispensaires de cannabis médical et les décès liés aux opioïdes ? Dans la plupart des états, la dispensation de cannabis médical est subordonnée au respect de la réglementation rigoureuse des dispensaires. Ensuite, depuis 2010, les opioïdes illicites, dont l'héroïne et le fentanyl, et non plus les opioïdes sur prescription, sont devenus les principaux moteurs de la crise des opioïdes et des décès associés. Aujourd’hui, il n’existe enfin aucune preuve que les États ayant légalisé le cannabis médical bénéficient de réductions de volume des analgésiques opioïdes légalement distribués pour traiter la douleur.

En conclusion, les dispensaires de cannabis médical réduisent, à court terme une partie des effets de l'abus d'opioïdes, mais il existe peu de preuves sur la persistance de cet effet et sur le fait qu’il concerne un grand nombre de patients.

 Bref, la relation entre cannabis médical et opioïdes reste complexe…

Autres actualités sur le même thème