Vous recherchez une actualité

Actualités

CHIRURGIE BARIATRIQUE : Bénéfique au métabolisme, bénéfique à la continence

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 1 jour
Chirurgie de la Continence
Chez les patients atteints d’obésité grave ou morbide, la littérature a suggéré que la chirurgie de perte de poids peut également avoir un effet bénéfique sur les symptômes d'incontinence urinaire.

La perte de poids par des mesures comportementales et de mode de vie peut permettre une réduction des fuites. Chez les patients atteints d’obésité grave ou morbide, la littérature a suggéré que la chirurgie de perte de poids peut également avoir un effet bénéfique sur les symptômes d'incontinence urinaire. Une étude récente apporte les preuves d'une réduction de l'incontinence urinaire durable, au-delà de la première année, post-chirurgie bariatrique.

 

L’équipe examine ici les changements dans l'incontinence urinaire avant et après la chirurgie bariatrique et identifie les facteurs associés à l'amélioration et à « la rémission » chez les femmes et les hommes sur une durée de suivi de 3 ans, après la chirurgie bariatrique.

 

Cette étude de cohorte observationnelle, la Longitudinal Assessment of Bariatric Surgery 2 est menée dans 10 hôpitaux américains auprès de 2.500 adultes, âgés en moyenne de 47 ans, avec IMC moyen de 46 kg / m2, subissant des interventions chirurgicales bariatriques pour la première fois. La fréquence et le type d'incontinence urinaire ont été évalués, à l’inclusion, à l'aide d'un questionnaire validé. L'incontinence était définie par des épisodes de fuites urinaires au moins hebdomadaires, et la rémission par une réduction des symptômes caractérisée par des épisodes de fréquence moindre qu’hebdomadaire. L’analyse montre que :

  •          Au départ de l’étude, l'incontinence urinaire est plus fréquente chez les femmes (49,3%) vs les hommes (21,8%) ;
  •          A 1 an, après une perte de poids moyenne de 29,5% du poids corporel chez les femmes et de 27,0% du poids corporel chez les hommes, permise par la chirurgie,
  •          la prévalence de l'incontinence urinaire est significativement réduite chez les femmes (18,3%) et chez les hommes (9,8%) ;
  •          à 3 ans, la prévalence de l'incontinence urinaire est supérieure à la prévalence constatée à 1 an pour les deux sexes. Mais elle reste réduite par rapport à la prévalence pré-intervention, soit 24,8% chez les femmes et 12,2% chez les hommes ;

 

La « rémission » de l’incontinence est indépendamment liée à l’ampleur de la perte de poids : par « tranche de perte de poids corporel de 5%, la rémission de l’incontinence urinaire augmente de 8% chez les femmes et de 10% chez les hommes. Une relation dose-dépendante qui confirme celle constatée, pour des pertes de poids plus modestes, avec les interventions de mode de vie.

Ainsi, alors que la chirurgie bariatrique élargit ses avantages pour la santé, au fil des études, chez les patients atteints d’obésité grave ou morbide, la réduction de l’incontinence, à prévalence élevée chez ce groupe de patients, doit être ajoutée au nombre de ses bénéfices.

 

Chez les femmes et les hommes atteints d'obésité sévère, la chirurgie bariatrique est en effet associée à une incontinence urinaire substantiellement réduite, et cela sur une période d’au moins 3 ans. Quels que soient le poids corporel et l’IMC, il existe des protections adaptées à toutes les morphologies des hommes et des femmes, et, en cas d'IMC élevé des protections bariatriques plus grandes, qui offrent une protection encore accrue. (Ex : TENA Slip Bariatric ).

Autres actualités sur le même thème

Pages