Vous recherchez une actualité
Actualités

CICATRISATION: Des cellules extra-larges pour combler le lit de la plaie

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 6 jours
PLoS ONE

Cette découverte, effectuée par une équipe du MDI Biological Laboratory (Maine), un laboratoire spécialisé dans l’étude des mécanismes de réparation ou régénération naturels, ouvre sur de nouvelles possibilités thérapeutiques. Il s’agit d’un nouveau processus possible de cicatrisation, appelé « polyploïdie induite par blessure », présent chez les mammifères : plutôt que de recourir à la prolifération cellulaire, le corps opte pour la croissance cellulaire et se met à produire des cellules XXL.

Parmi les réponses typiques d'un organisme en cas de plaie ou de lésion, la prolifération cellulaire, qui vient compenser la perte cellulaire liée à la blessure, la maladie ou le vieillissement. Cependant, la capacité des cellules à se diviser dans de nombreux organismes, dont les humains, est limitée. La polyploïdie induite par blessure permet de maintenir la capacité fonctionnelle des tissus lésés ou malades en élargissant les cellules valides plutôt que par division et production de nouvelles cellules.


Ce phénomène d'hypertrophie cellulaire où certaines cellules grossissent « en taille », en réponse à la lésion est connue depuis un certain temps. Mais ce que l'on ignorait jusqu'à cette étude est le mécanisme cellulaire précis en réponse à la blessure et notamment que cette hypertrophie cellulaire est liée à la polyploïdisation ou augmentation de la quantité d'ADN : les cellules ont trois polyploïdes ou plus, au lieu d'ensembles de 2 chromosomes.

Un large potentiel thérapeutique : Cette découverte d'un nouveau mécanisme de cicatrisation ouvre un large potentiel thérapeutique car le mécanisme peut être reproduit pour accroître notre capacité naturelle à régénérer et cicatriser les tissus endommagés par une blessure ou une maladie. Identifié au tout début chez la mouche des fruits ce mécanisme de régulation a ensuite été identifié par l'équipe chez les mammifères. En utilisant une souris modèle de dystrophie cornéenne, les chercheurs ont découvert que les cellules s'agrandissaient par polyploïdisation pour compenser précisément les cellules perdues, suggérant que ces cellules extra-larges sont susceptibles de jouer un rôle bénéfique, et sans effet pathologique. Des résultats qui suggèrent que l'organisme a plus d'une corde à son arc pour combler la perte de cellules ou pour cicatriser, la prolifération cellulaire ou la croissance cellulaire, selon le contexte.

Il s'agit désormais de trouver des gènes ou des médicaments qui favorisent la cicatrisation en augmentant la capacité du corps à produire ces cellules extra-larges.

Wound-Induced Polyploidization: Regulation by Hippo and JNK Signaling and Conservation in Mammals

Découvrez votre Nouvel espace Plaies- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

est partenaire de cet article

Autres actualités sur le même thème