Vous recherchez une actualité
Actualités

CICATRISATION des PLAIES: Vous avez dit du miel, mais quel miel ?

Actualité publiée il y a 2 années 9 mois 4 jours
Journal of Applied Microbiology

Depuis des millénaires, le miel est utilisé pour traiter certaines plaies, notamment les coupures et les brûlures. Le miel est maintenant bien documenté comme un antimicrobien, une propriété qui le rend extrêmement utile pour les soins de nombreux types de plaies. Mais tous les miels sont-ils aptes à cette utilisation ? Cette petite revue de la littérature rappelle les différents usages possibles du miel dans les différents types de plaies ainsi que les principaux critères de choix d’un bon miel antimicrobien.

On choisira ainsi plutôt un miel brut, non transformé, sans ajout de plantes, sans pesticides et produits chimiques ajoutés, lisse, homogène et de préférence artisanal. De nombreuses études mettent en pole position un miel spéifique, le « miel de manuka », un miel produit par des abeilles dans des arbres de manuka (Leptospermum scoparium), en Australie et en Nouvelle-Zélande.


Du miel pour les brûlures : Une petite étude publiée dans la revue Burns (5) et qui a comparé l'efficacité du miel contre la sulfadiazine d'argent dans le traitement des brûlures constate la supériorité du miel : 84% des plaies avec le miel présentent une épithélialisation satisfaisante au 7è jour et chez 100% des patients au 21ème jour vs 72% des plaies traitées avec la sulfadiazine d'argent au 7è jour et 84% à 21 jours. Ainsi, dans les plaies « mellifères », les chercheurs constatent une réduction précoce de l'inflammation aiguë, un meilleur contrôle de l'infection et une cicatrisation plus rapide. Dans les plaies traitées par sulfadiazine d'argent, la réaction inflammatoire est prolongée jusque pendant la phase d'épithélialisation. "

Du miel pour les plaies post-op : Une étude publiée dans l'European Journal of Medical Research (4) a testé les effets du miel brut sur les plaies post-chirurgicales de 50 patients. Ces plaies, post-hystérectomie ou césarienne, s'étaient infectées. Tous les participants dont les témoins ont reçu des antibiotiques. Les plaies du groupe d'étude ont été traitées avec du miel, les plaies du groupe témoin ont été traitées avec des antiseptiques locaux. L'étude montre que l'application topique de miel non dilué permet d'éliminer plus rapidement les infections bactériennes, de réduire la durée des antibiotiques et de l'hospitalisation, d'accélérer la cicatrisation et de prévenir la réouverture de la plaie (et le besoin de re-suturer).

Du miel pour régénérer les tissus : Une étude publiée dans le Journal of Wound, Ostomy et Continence Nursing (2) fait valoir les propriétés physico-chimiques du miel et donc, son activité anti-inflammatoire et anti-infectieuse dans la cicatrisation des brûlures, des ulcères et autres plaies cutanées. L'étude souligne aussi l'effet « gommage » du miel pour une grande variété de plaies.

Miel et soin de plaies, en général ! Une méta-analyse de 17 études portant au total sur plus de 2.000 participants, publiée dans l'International Journal of Lower Extremity Wounds (1), confirme également des résultats positifs dans le traitement des plaies et sur une très large gamme de types de plaies. Les auteurs regrettent le manque d'acceptation du miel comme pansement universel, avec des bénéfices thérapeutiques significatifs et sans effets secondaires.

Le miel de Manuka, reconnu comme efficace dans le soin de plaies : c'est le miel qui ressort, dans plusieurs études comme le plus efficace sur le plan antimicrobien. Les arbres de manuka produisent également de puissants composés antimicrobiens et antifongiques et ces composés sont introduits par les abeilles dans le miel…Une étude publiée dans le Journal of Applied Microbiology (6) confirme son action antibactérienne et l'explique par la libération de peroxyde d'hydrogène. Enfin, appliqué sur un ulcère de la jambe infecté par MRSA chez un patient immunodéprimé, en combinaison avec l'hydroxyurée et la cyclosporine, le miel permet d'éradiquer la bactérie plus rapidement et d'aboutir à la cicatrisation.

Autres actualités sur le même thème