Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : 80% des patients sont carencés en vitamine D

Actualité publiée il y a 5 mois 1 semaine 2 jours
Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism
A taux de vitamine D plus faibles, marqueurs inflammatoires plus élevés (Visuel AdobeStock_298058179)

La déficience ou la carence en vitamine D sont-elles un marqueur de vulnérabilité à l’infection à SARS-CoV-2 et à COVID-19 ou la maladie induit-elle une baisse des niveaux de vitamine D ? Cette étude de l’Instituto de Salud Carlos III (Madrid) révèle en effet que plus de 80% des patients atteints de COVID-19 souffrent d'une carence en vitamine D. Les résultats, publiés dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, incitent « à traiter à la vitamine D les patients COVID-19 avec de faibles taux de vitamine circulant dans le sang, car cette approche pourrait avoir des effets bénéfiques sur leur système musculosquelettique et immunitaire ».

 

La vitamine D est une hormone produite par les reins qui contrôle la concentration de calcium dans le sang et affecte le système immunitaire. La carence en vitamine D a été liée à une variété de problèmes de santé, bien que les raisons pour lesquelles l'hormone affecte d'autres systèmes du corps restent mal connues. De nombreuses études ont déjà souligné l'effet bénéfique de la vitamine D sur le système immunitaire, notamment un effet protecteur contre les infections.

A taux de vitamine D plus faibles, marqueurs inflammatoires plus élevés

L’étude menée auprès de 216 patients atteints de COVID-19 à l'hôpital universitaire Marqués de Valdecilla montre que :

  • 80% des patients présentaient une carence en vitamine D ;
  • les patients hommes ont en général, des niveaux de vitamine D inférieurs à ceux des femmes ;
  • les patients COVID-19 avec des taux de vitamine D plus faibles présentent également des taux sériques élevés de marqueurs inflammatoires tels que la ferritine et le D-dimère.

 

L’approche consisterait donc, selon les chercheurs, à identifier et à traiter les carences en vitamine D, en particulier chez les personnes à risque élevé telles que les personnes âgées, les patients souffrant de comorbidités et les résidents des maisons de retraite, qui sont la principale population cible du COVID-19. L’auteur principal de l’étude, José L. Hernández, Ph.D., de l'Université de Cantabrie à Santander explique :

 

« le traitement par vitamine D devrait être recommandé chez les patients atteints de COVID-19 avec de faibles taux de vitamine D circulant dans le sang, car cette approche pourrait avoir des effets bénéfiques sur le système musculosquelettique et immunitaire ».