Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Ces NETs qui coagulent puis enflamment

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 5 heures
Blood
Les neutrophiles explosent et libèrent des filets antimicrobiens (NETs) composés de fibres d'ADN, des enzymes bactéricides et des molécules pro-inflammatoires (Visuel Adobe Stock 129007876).

Ce n’est pas la première étude à suggérer l’implication des pièges extracellulaires des neutrophiles, ou NETs dans la sévérité de la maladie COVID-19. Cette équipe de l’Université de l’Utah a analysé les effets de ces cellules immunitaires hyperactives et confirme le lien entre l'infiltration de ces neutrophiles, une augmentation de la coagulation, la formation excessive de ces « filets » ou NETs dans les poumons, et la détresse respiratoire associée à COVID-19.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les « NETs » (Neutrophil Extracellular Traps) ou filets constitués par des cellules immunitaires spécifiques, les neutrophiles sont déjà bien documentés cependant on commence tout juste à cerner leur rôle clé dans les formes sévères de la pneumonie COVID-19. Ces globules blancs explosent et libèrent ces filets antimicrobiens composés de fibres d'ADN, des enzymes bactéricides et des molécules pro-inflammatoires. Si ces NETs constituent une seconde ligne de défense cellulaire, ils peuvent également dans certains cas, déclencher l'inflammation : les NETs peuvent se retourner contre l'hôte, endommager les vaisseaux sanguins, déclencher une inflammation excessive et et entraîner différentes lésions tissulaires.

Un phénomène appelé NETosis, en cause dans les décès liés à COVID-19

Les causes des lésions pulmonaires font l'objet de recherches intenses et des preuves de plus en plus nombreuses suggèrent qu'une augmentation de la coagulation sanguine pourrait être à l’origine de ces complications Pour déterminer si les NETs pouvaient être responsables des complications observées avec COVID-19, l'équipe a examiné le plasma de 33 patients et analysé leurs expectorations. Cette analyse constate que :

  • la sévérité de la NETosis est corrélée à la gravité de la maladie :
  • les patients en soins intensifs et ceux qui sont décédés de COVID-19 présentent significativement plus de signes d'activation des NETs que les patients atteints de formes plus légères ;
  • cette réponse immunitaire de type NETosis est extrêmement faible chez les personnes en bonne santé ;
  • des collaborateurs du Cold Spring Harbor Laboratory (New York) constatent que les vaisseaux sanguins des poumons des patients décédés de COVID-19 sont parsemés de touffes de cellules productrices de NETs et de plaquettes, les cellules sanguines impliquées dans la coagulation ;
  • une réponse « NET » amorcée in vitro dans le plasma des patients sévèrement malades déclenche 50 fois plus de NETs que dans le plasma d'adultes en bonne santé.

 

De la NETosis aux lésions pulmonaires : "Cette réponse inflammatoire ou NETosis pourrait en effet favoriser la coagulation, obstruer les vaisseaux sanguins, entraîner une inflammation et le développement des lésions pulmonaires observées dans les formes sévères de la maladie", explique le Dr Elizabeth Middleton, auteur principal de l'étude et spécialiste en soins intensifs à Université de l’Utah.

 

Deuxième découverte, une protéine naturelle, le facteur inhibiteur NET néonatal (nNIF), - trouvée à l'origine dans le sang du cordon ombilical -apaise cette réponse immunitaire NET, ce qui suggère de nouvelles voies de traitement possibles.

 

Ces résultats suggèrent que les niveaux de NETs dans le sang constituent un bon marqueur de sévérité et de risque de mortalité de COVID-19. Mais ce peptide, qui protège les bébés de l'inflammation, tôt dans la vie, ouvre une nouvelle piste thérapeutique.