Actualités

COVID-19 : Découverte d’un nouveau facteur de sévérité majeur

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 16 heures
Current Issues in Molecular Biology
Il s’agit d’une protéine, CD47, dont les niveaux augmentent, à la surface cellulaire, lors de l'infection des cellules par le SRAS-CoV-2 (Visuel Adobe STock 3738826921)

Cette équipe de virologues et de biologistes de la School of Biosciences de l'Université du Kent et de l'Institut de virologie médicale de l'Université Goethe (Francfort) vient de découvrir un nouveau facteur pouvant contribuer à la sévérité de la maladie COVID-19. Il s’agit d’une protéine, CD47, dont les niveaux augmentent, à la surface cellulaire, lors de l'infection des cellules par le SRAS-CoV-2. Des travaux publiés dans la revue Current Issues in Molecular Biology, qui ouvrent une toute nouvelle piste de développement de médicaments. Déjà en cours de test.

 

Qui est CD47 ? Les chercheurs montrent que la protéine adresse un signal « ne me mangez pas ! » aux défenses du système immunitaire et protège ainsi les cellules contre la destruction. La protéine CD47 induite par le virus à la surface des cellules infectées est donc susceptible de les protéger de la reconnaissance du système immunitaire, ce qui permet une réplication encore plus importante du virus, susceptible de déclencher une forme plus sévère de la maladie.

CD47 au nombre des facteurs de risque de COVID-19 sévère ?

D’autres facteurs ont été largement documentés, tels que l'âge avancé et le diabète, mais ils se trouvent également associés à des taux de CD47 plus élevés. Des niveaux élevés de CD47 contribuent également à l'hypertension artérielle, un autre facteur de risque majeur de complications du COVID-19 telles que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et la maladie rénale.

 

Des niveaux élevés de CD47 induits par l'âge et le virus ? L’étude suggère en effet que des taux élevés de CD47 à la fois liés à l’âge et à l’infection, contribuent à une forme sévère de COVID-19 en empêchant une réponse immunitaire efficace et en augmentant les dommages aux tissus et aux organes.

Des thérapies ciblant CD47 sont en cours de développement,

cette découverte soutient donc ces lignes de recherche et apportent l’espoir de meilleurs traitements du COVID. L’auteur principal, le professeur Martin Michaelis, de l'Université du Kent, commente ces données : « C'est passionnant. Nous avons peut-être identifié un facteur majeur associé au COVID-19 sévère. Il s'agit d'un grand pas dans la lutte contre la maladie et nous pouvons désormais nous attendre à de nouveaux progrès dans la conception de traitements ».

 

C’est également un nouveau champ de connaissance qui s’ouvre avec le décryptage de ce processus pathologique sous-jacent et la confirmation de ce facteur et de cette cible majeure.