Actualités

COVID-19 : Des effets confirmés sur la fertilité

Actualité publiée il y a 7 mois 2 semaines 6 jours
ACS Omega
Lésions testiculaires, réduction de la fertilité, quelques études avaient déjà alerté sur les effets éventuels de la maladie COVID sur la fertilité chez les hommes (Visuel Adobe Stock 4039570)

Lésions testiculaires, réduction de la fertilité, quelques études avaient déjà alerté sur les effets éventuels de la maladie COVID sur la fertilité chez les hommes. Cette nouvelle recherche, menée par une équipe de l’Indian Institute of Technology (Bombay), publiée fans la revue ACS Omega, confirme ces effets possibles et décrypte comment la maladie COVID-19 modifie les niveaux de protéines liées à la fertilité chez les hommes.

 

Ce sont en effet des cartes thermiques, mais aussi la chromatographie liquide et spectrométrie de masse qui permettent de matérialiser et préciser des différences significatives dans les niveaux de protéines liées à la fertilité dans le sperme d'hommes en bonne santé, et d’hommes ayant récupéré d’une infection COVID-19. Cette étude ajoute cet effet sur la fertilité au nombre des symptômes associés au COVID long, comme la fatigue, le brouillard cérébral ou des troubles cardiaques. Les preuves de plus en plus nombreuses suggérant que le virus peut également nuire à la fonction de reproduction masculine, incitent à poursuivre les recherches pour confirmer un effet spécifique au COVID ou pouvant également être associé à d'autres maladies pseudo-grippales.

« Le virus a été détecté dans les organes reproducteurs masculins »,

rappelle également l’auteur principal, le Dr Firuza Parikh. Si le SRAS-CoV-2 affecte principalement le système respiratoire, on sait aujourd’hui que l’infection affecte d’autres organes et autres systèmes du corps, et, parmi ces fonctions, de précédentes études ont suggéré que le COVID-19 peut réduire la fertilité masculine.

 

L’étude : l’équipe a comparé les niveaux des protéines connues dans le sperme de 10 hommes en bonne santé et de 17 participants ayant récupéré de COVID léger ou modéré. Aucun de ces participants âgés de 20 à 45 ans, n'avait d'antécédents d'infertilité. L’analyse révèle que chez les participants ayant récupéré d’un COVID,

 

  • le nombre et la motilité des spermatozoïdes sont considérablement réduits ;
  • une proportion moindre de spermatozoïdes sont de forme normale ;
  • les niveaux de protéines du sperme mesurés par chromatographie liquide et spectrométrie de masse sont retrouvés, pour 27 protéines à des niveaux plus élevés et pour 21 protéines à des niveaux inférieurs chez les participants rétablis d’un COVID-19 vs groupe témoin ;
  • de nombreuses protéines dont les niveaux s’avèrent modifiés apparaissent impliquées dans la fonction de reproduction : 2 d’entre elles, présentes à moins de la moitié de leurs niveaux normaux chez les participants du groupe COVID, sont liées à la fertilité (séménogéline 1 et prosaposine).

 

Ces résultats confirment que le SRAS-CoV-2 a des effets directs ou indirects sur la santé reproductive masculine, des effets qui persistent après la guérison et pourraient donc constituer un nouveau symptôme du COVID long.