Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 et GROSSESSE : Quel risque de transmission verticale ?

Actualité publiée il y a 2 mois 4 semaines 20 heures
The Lancet
Seules des données très limitées sont disponibles pour les femmes enceintes infectées par le nouveau coronavirus

Les précédentes études portant sur l'épidémie de pneumonie COVID-19 associée au nouveau coronavirus SRAS-CoV-2 étaient basées sur des données en population générale. Seules des données très limitées sont disponibles pour les femmes enceintes infectées par le nouveau coronavirus. Cette étude de chercheurs et médecins de l’Hôpital et de l’Université de Wuhan, centre d’émergence de l’épidémie, est donc la première à évaluer les caractéristiques cliniques de COVID-19 pendant la grossesse et le risque de transmission verticale intra-utérine de l'infection. Cette étude publiée dans le Lancet, rassure, bien que menée sur un très faible échantillon.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Il s’agit d’une étude de cas, menée à partir des dossiers cliniques, des résultats d’analyses et les tomodensitogrammes ou scanners thoraciques examinés rétrospectivement pour 9 femmes enceintes atteintes de pneumonie au COVID-19 confirmée par test de laboratoire. Ces patientes ont été admises à l'hôpital Zhongnan de l'Université de Wuhan du 20 au 31 janvier 2020. La transmission verticale intra-utérine a été évaluée par des tests de présence de SARS-CoV-2 dans le liquide amniotique, le sang de cordon et à partir d'échantillons d'écouvillons de gorge néonatals. Des échantillons de lait maternel ont également été prélevés et testés après la première lactation.

Cette petite étude conclut à l’absence de preuve d'infection intra-utérine

 

Les 9 patientes ont subi une césarienne au cours de leur 3è trimestre de grossesse.

  • 7 d’entre elles ont présenté de la fièvre, 4 la toux, 3 des myalgies, 2 des maux de gorge et 2 des malaises ;
  • une détresse fœtale a été « surveillée » dans 2 cas ;
  • 5 des 9 patientes ont présenté une lymphopénie ;
  • aucune des patientes n'a développé une pneumonie COVID-19 sévère ou n'est décédée (au 4 février 2020) ;

 

 

9 naissances vivantes ont été enregistrées. Aucune asphyxie néonatale n'a été observée chez les nouveau-nés. Les neuf naissances vivantes avaient un score d'Apgar en 1 min de 8 à 9 et un score d'Apgar en 5 min de 9 à 10. Des échantillons de liquide amniotique, de sang de cordon, d'écouvillon de gorge néonatal et de lait maternel pour 6 patientes ont été testés pour le SRAS-CoV-2, et tous les échantillons ont été testés négatifs pour le virus.

 

Les chercheurs concluent à des caractéristiques cliniques de la pneumonie COVID-19 chez les femmes enceintes similaires

à celles rapportées chez les patientes adultes non enceintes.

Cette petite étude de cas suggère l’absence de preuve d'infection intra-utérine causée par une transmission verticale chez les femmes qui développent une pneumonie au COVID-19 en fin de grossesse.