Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : L’anosmie signalée dans 86% des cas légers

Actualité publiée il y a 3 mois 3 jours 16 heures
Journal of Internal Medicine
La perte d'odorat est signalée par les patients dans 86% des cas légers de COVID-19 (Visuel Adobe Stock 257463391)

La perte d'odorat signalée par les patients dans 86% des cas légers de COVID-19 pourrait devenir l’un des signes cliniques les plus prédictifs non seulement de la maladie mais de son degré de sévérité. Cette étude multisite menée sur 18 hôpitaux européens, publiée dans le Journal of Internal Medicine, révèle de surcroît que la perte d’odorat bien que réversible peut durer jusqu'à 6 mois.

L’équipe internationale composée de chercheurs de différents instituts européens dont l'Université Paris Saclay et l’Université de Mons a suivi 2.581 patients de 18 hôpitaux européens. L’analyse révèle une prévalence rapportée par les patients du dysfonctionnement olfactif ou perte d’odorat

  • >85% dans les cas bénins de COVID-19,

  • de 4,5% pour les formes modérées,
  • de 6,9% dans les cas sévères à critiques.
  • La durée moyenne du dysfonctionnement olfactif rapporté par les patients est proche de 22 jours,
  • près d'un quart des patients atteints déclarent ne pas avoir retrouvé leur odorat 60 jours après l'avoir perdu.
  • Les évaluations cliniques objectives identifient un dysfonctionnement olfactif dans 54,7% des cas légers de COVID-19 et 36,6% des cas modérés à critiques de COVID-19 ;
  • à 60 jours et 6 mois, respectivement 15,3% et 4,7% de ces patients n'ont pas récupéré objectivement leur odorat.

 

L’étude confirme ainsi que non seulement l’anosmie est un symptôme fréquent du COVID-19 mais que ce dysfonctionnement olfactif est plus répandu dans les formes légères de COVID-19 que dans les formes modérées à critiques.

 

S’il est généralement durable, ce symptôme reste transitoire : 95% des patients ont récupéré leur odorat 6 mois après l'infection.