Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : L’empathie aura-t-elle raison du virus ?

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 4 jours
Psychological Science
L'empathie un facteur clé de respect des gestes barrières (Visuel AdobeStock_359243659)

L'empathie empêche la propagation du COVID-19 : en associant directement le respect des gestes barrières à une forme d’empathie, cette étude de l’Université d'Aarhus, rappelle le principe de responsabilité collective dans l’observance des mesures de distanciation comme dans celui de la vaccination. L’étude révèle ici une association « dose-dépendante » chez ses participants, entre leurs niveaux d’empathie et leur respect des mesures de distanciation sociale.

 

Plus nous sommes empathiques, plus il est probable que nous garderons bien nos distances et porterons le masque pour limiter la circulation du coronavirus. Pour empêcher la propagation du virus à d’autres, peut-être plus vulnérables, plutôt que pour nous protéger nous-mêmes contre une possible contamination. Ces conclusions qui incitent à « jouer aussi la carte de l’empathie » et de la responsabilité collective, de préférence à celle de la coercition, dans les initiatives de prévention de Santé publique.

L'empathie un facteur clé de respect des gestes barrières

L’auteur principal, Stefan Pfattheicher, professeur agrégé au Département de psychologie et des sciences du comportement à l’Université d'Aarhus confirme que « l'empathie ressentie pour les plus vulnérables peut être utilisée activement pour lutter contre la pandémie et convaincre un plus grand nombre de personnes à respecter les mesures de prévention ». Son équipe vient de tester la relation entre l'empathie des participants et leur attitude à l'égard de la distanciation sociale, par questionnaires aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne.

La relation est claire : plus le degré d'empathie est élevé, plus la réduction des contacts sociaux est effective.

Induire l’empathie pour mieux faire respecter la distanciation sociale peut paraître à première vue antinomique pourtant cela fonctionne selon les expériences également menées par les chercheurs. Cela fonctionne d’autant mieux lorsque les participants se voient présenter présenter une personne vulnérable ou ayant été touchée par le coronavirus.

 

Prendre la mesure des effets possibles de la maladie exacerbe l’empathie : les participants déjà confrontés d'une manière ou d'une autre au coronavirus signalent en effet un degré plus élevé d'empathie et une plus grande volonté de respecter la distanciation sociale. Ainsi, dans la communication sur la maladie, il ne suffit pas de recommander une distance de sécurité, mais il faut également expliquer la maladie.

 

Mieux expliquer les effets possibles de la maladie et appeler à faire montre d'empathie, deux leviers absents de la plupart des  initiatives de communication de prévention.