Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Peu d'impact sur les convictions concernant la vaccination

Actualité publiée il y a 3 semaines 3 heures 47 min
Michigan Medicine
L’épidémie de le COVID-19 pourrait ne pas du tout influencer le comportement des parents en regard de la vaccination des enfants contre la grippe (Visuel Fotolia)

Ce sondage national (américain) révèle que l’épidémie de le COVID-19 pourrait ne pas du tout influencer le comportement des parents en regard de la vaccination des enfants contre la grippe et plus généralement à l'égard de la vaccination. En effet, face au risque de contamination possible de leurs enfants, notamment en milieu scolaire, seul un parent sur 3 pense qu'il est plus important cette année de faire vacciner leurs enfants.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les sondages nationaux du C.S. Mott Children's Hospital sur la santé des enfants menés à la Michigan Medicine donnent régulièrement une température de l’opinion publique américaine sur des grandes questions de santé publique. Cette année, en pleine épidémie de COVID-19, alors que les Autorités sanitaires incitent à la vaccination contre la grippe, l’enquête a évalué l’importance accordée par les parents à la vaccination des enfants contre la grippe.

Illustration C.S. Mott Children's Hospital National Poll on Children's Health at Michigan Medicine

Seul 1 parent sur 3 considère que la vaccination des enfants contre la grippe est plus importante cette année

La saison virale s’annonce « double », écrivent les chercheurs dans leur communiqué, avec la circulation habituelle du virus grippal et la rémanence de l’épidémie de COVID-19, avec des symptômes « presque similaires ». Bien que les experts en santé publique aient souligné l'importance pour les personnes de tous âges de se faire vacciner contre la grippe saisonnière pendant la pandémie COVID-19, de nombreux parents ne souhaitent pas entendre ce message.

  • Précisément, un parent sur 3 ne prévoit pas de vacciner ses enfants contre la grippe : « Nous pourrions avoir des pics de grippe et de COVID-19 simultanés, ce qui pourrait submerger le système de santé, la capacité de test et notre capacité à traiter efficacement les 2 maladies respiratoires », explique le chercheur Sarah Clark, codirectrice du Mott Poll.

L’enquête réalisée auprès de 1.992 parents d'enfants âgés de 2 à 18 ans, montre en effet que :

  • même pendant la pandémie, la plupart des parents ne considèrent pas le vaccin contre la grippe comme plus urgent ou plus nécessaire ;
  • les familles les moins susceptibles de faire vacciner leurs enfants contre la grippe sont celles qui n’ont pas fait non plus vacciner leurs enfants l’année précédente : moins d'un tiers de ces parents déclarent que « leur enfant sera probablement vacciné contre la grippe cette année » ;
  • les familles les plus susceptibles de faire vacciner leurs enfants contre la grippe sont celles qui ont fait vacciner leurs enfants l’année dernière : ainsi, presque toutes ces familles (96%) renouvellent leur intention de faire vacciner leur enfant contre la grippe cette année ;
  • parmi les 32% de parents qui n’envisagent pas la vaccination des enfants contre la grippe cette année, les raisons les plus courantes sont les préoccupations concernant les effets secondaires voire le manque d’efficacité des vaccins ;
  • 14% des parents déclarent préférer éloigner leurs enfants des sites de soins de santé ou des cabinets médicaux, en raison du risque d'exposition au COVID ;
  • 9% des parents déclarent également que leur enfant a peur des aiguilles, des piqûres, ou encore ne veut pas se faire vacciner ;
  • l’intention parentale concernant le vaccin contre la grippe cette année est également légèrement inférieure chez les parents d'adolescents vs enfants plus jeunes (73% pour les enfants de 2 à 4 ans, 70% pour les 5 à 12 ans et 65% pour les 13 à 18 ans).

 

On ne doit pas oublier les complications grippales chez les enfants : les enfants de moins de 5 ans et en particulier ceux de moins de 2 ans, encourent un risque élevé de développer de graves complications liées à la grippe.

 

Comment convaincre les parents anti-vaccination ? Les parents doivent être sensibilisés au questionnement même sur les raisons essentielles motivant cette vaccination. Ensuite, selon l’enquête, les professionnels de soins primaires ont un rôle clé à jouer : les familles dont le médecin traitant recommande fortement la vaccination sont plus susceptibles de faire vacciner les enfants contre la grippe. Cependant, moins de la moitié des parents déclarent que leur médecin référent recommande la vaccination des enfants contre la grippe cette année. L’épidémie de COVID-19, le nombre réduit de consultations de suivi et de routine, et la téléconsultation ont probablement réduit les opportunités pour les professionnels d’apporter ces recommandations sur la vaccination contre la grippe et de répondre aux questions des parents sur l'innocuité et l'efficacité du vaccin contre la grippe.

 

«Il y a beaucoup de désinformation sur le vaccin contre la grippe, mais c'est la meilleure défense pour les enfants contre les graves conséquences sanitaires de la grippe et contre sa transmission en population générale », concluent les auteurs. Aux Etats-Unis, lieu de l’étude, comme en Europe, les taux globaux de vaccination des enfants ont considérablement baissé y compris contre des maladies comme la rougeole et la coqueluche (Source : CDC). Un phénomène général dans le monde et préoccupant.

Autres actualités sur le même thème