Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Phase III pour un interféron bêta à inhaler à domicile

Actualité publiée il y a 1 mois 1 jour 17 heures
Rise Above Covid
Le médicament expérimental « SNG001 », une formulation inhalée d'interféron bêta passe en essai clinique de phase III (Visuel Adobe Stock 284827819)

La recherche avance sur de nouvelles formes de traitements contre le COVID-19, faciles à suivre à domicile. L'AIDS Clinical Trials Group (ACTG) annonce ainsi le passage du médicament expérimental « SNG001 », une formulation inhalée d'interféron bêta en essai clinique de phase III, dans le cadre du programme de recherche « ACTIV-2 », un programme soutenu par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID/NIH).

 

L’ACTG est le plus grand réseau mondial de recherche sur le VIH mais ce programme s’est récemment élargi à l'évaluation de traitements ambulatoires du COVID-19. L’essai de phase III doit évaluer l’efficacité d’une formulation à inhaler d'interféron bêta, à traiter le COVID-19 symptomatique précoce à domicile -ou chez des personnes non hospitalisées.

 

ACTIV-2 est le premier essai à évaluer le candidat SNG001, développé par Synairgen, une spin-off universitaire britannique comme traitement ambulatoire du COVID-19. SNG001, un interféron bêta -ou cytokine naturelle favorisant la réponse antivirale-, est autoadministré sous forme de dose nébulisée (15,6 MUI) à raison d’1 inhalation quotidienne pendant 14 jours. Dans le cadre de l’essai, les participants ont été formés à l'utilisation du nébuliseur par les chercheurs. 2 autres traitements, BRII-196/BRII-198 (un traitement combiné par anticorps monoclonal) et SAB-185 (un nouveau traitement par anticorps polyclonal) sont également en cours d’essai de phase III dans le cadre du programme de recherche ACTIV-2.

Développer des options de traitement simples à domicile

« Cette version inhalée de l'interféron bêta élargit les options de traitement possibles pour les personnes atteintes de COVID-19 mais qui ne sont pas hospitalisées. En cas de validation, un tel traitement permettrait de simplifier les soins pour un grand nombre de personnes atteintes de COVID-19 ».

 

L’essai de phase III concernant SNG001 doit évaluer l'innocuité et l'efficacité du candidat à réduire le risque d'hospitalisation et de décès chez les adultes non hospitalisés, atteints de formes légères à modérées de COVID-19. L'étude est dirigée par une équipe de l’Université de Caroline du Nord et l'Université de Stanford.

Une option qui vient s'ajouter à la pilule antivirale du Laboratoire Merck en cours d'approbation "fast track" par l'Agence européenne du Médicament.