Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Un arsenal de 13 antiviraux démontrés comme efficaces

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 3 jours
Nature Communications
Plus d'une douzaine de médicaments existants ou en cours de tests sont documentées comme des thérapies prometteuses contre le COVID-19 (Visuel Scripps Research).

Cette étude approfondie de pharmacologues et virologues du Scripps Institute (La Jolla) permet de faire le point sur l’arsenal d’antiviraux pouvant être efficaces contre les formes sévères de la maladie COVID-19, associée à l’infection à SARS-CoV-2. L'équipe identifie plus d'une douzaine de médicaments existants ou en cours de tests, comme thérapies possibles et prometteuses contre le COVID-19. Une sélection objective de médicaments approuvés à repositionner ou de molécules en cours de validation, testés in vitro sur 2 types de cellules humaines infectées par le SRAS-CoV-2.

 

Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs ont testé au départ, les 12.000 médicaments de la base ReFRAME, une base inégalée de molécules, développée avec le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, au départ pour lutter contre les besoins médicaux urgents non satisfaits. ReFRAME contient ainsi des médicaments approuvés par la FDA et d'autres composés expérimentaux testés ou en cours de test pour leur sécurité chez l'Homme.

Deux types de cellules humaines infectées à SARS-CoV-2 ont été exposés aux 12.000 composés et, 24 ou 48 heures après l’exposition, les chercheurs ont mesuré le niveau d'infection virale dans les cellules pour déterminer si et avec quelle efficacité les médicaments empêchaient le virus de se répliquer. Dans certains cas, les chercheurs ont également testé des combinaisons de médicaments.

13 antiviraux apparaissent efficaces contre les formes sévères

  • A l’issue de cette première étape, les scientifiques ont identifié 90 candidats-médicaments existants démontrant une activité antivirale contre le coronavirus,
  • puis, parmi ces composés, 4 médicaments approuvés cliniquement (halofantrine, nelfinavir, siméprévir et manidipine) et 9 composés en cours de tests, tous ces candidats semblant pouvoir être repositionnés pour être réutilisés comme antiviraux oraux contre COVID-19.
  • Parmi les 90 candidats préalablement sélectionnés, 19 se sont avérés augmenter l'activité du remdesivir, une thérapie antivirale fréquente pour le traitement du COVID-19,

ce qui suggère de nouvelles combinaisons thérapeutiques possibles.

Les scientifiques mettent notamment en avant l’efficacité des combinaisons riboprine-remdesivir (la riboprine étant un composé testé comme préventif contre les nausées et les infections chirurgicales), et 10-déazaaminoptérine-remdesivir, (la 10-déazaaminoptérine étant un dérivé de la vitamine acide folique).

 

Ces travaux ont de nombreuses implications :

  • Tout d’abord, le grand intérêt de cette recherche est à la fois sa méthodologie et son exhaustivité, ensuite, elle confirme l’intérêt, en cas d’épidémie fulgurante, des stratégies de repositionnement de médicaments existants ;
  • l’étude sensibilise également au besoin toujours actuel d’antiviraux pour contrer les complications sévères du COVID-19, et cela, « même si nous disposons désormais de vaccins efficaces contre le COVID-19 » ;
  • en ouvrant un certain nombre de voies prometteuses, ces travaux jettent, avec cette première sélection de molécules, les bases de nouveaux antiviraux optimisés et plus efficaces contre les variants et les souches résistantes ;
  • enfin, et comme c’est le cas pour un grand nombre de maladies complexes, certaines des stratégies les plus efficaces s’avèrent combiner plusieurs antiviraux.

 

L’auteur principal, le Dr Thomas Rogers, professeur d'immunologie et de microbiologie au Scripps Research et professeur de médecine à l'Université de Californie San Diego relève ainsi que « l’avantage d'une stratégie thérapeutique qui utilise une combinaison de médicaments est que la prise d'une dose plus faible de chaque médicament de la combinaison, permet, en général, de réduire le risque d'effets secondaires ».

 

 « Il est essentiel que nous procédions avec la plus grande rigueur pour déterminer ce qui est sûr et efficace, car c’est la voie la plus rapide et la plus sûre pour identifier de nouvelles thérapies qui feront la différence pour les patients. »

Autres actualités sur le même thème