Actualités

COVID-19 : Une hausse concomitante du diabète chez les jeunes

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 2 jours
JAMA Network Open
De précédentes études ont alerté sur ce rebond d’incidence du diabète de type 1 durant la pandémie COVID-19. D’autres sur l’incidence du diabète de type 2 chez les jeunes (Visuel Adobe Stock 40246257)

De précédentes études ont alerté sur ce rebond d’incidence du diabète de type 1 durant la pandémie COVID-19. D’autres sur l’incidence du diabète de type 2 chez les jeunes. Cette étude de la Case Western Reserve University (Cleveland) confirme la tendance : le COVID-19 est bien associé à une forte augmentation, jusqu'à 72 %, des nouveaux diagnostics, ici de diabète de type 1 chez les jeunes. Après analyse des dossiers de santé électroniques de plus d'un million de patients âgés de 18 ans ou moins, les chercheurs concluent, dans le JAMA Network Open, que « les enfants infectés par le COVID-19 présentent bien un risque considérablement plus élevé de développer un diabète de type 1 ».

 

Le diabète de type 1 est plus fréquent chez les enfants, tandis que le diabète de type 2 est mieux connu comme un « diabète de l'adulte », qui se développe avec le temps, souvent lorsque le patient devient résistant aux effets de l'insuline et plus tard, lorsque le pancréas cesse de produire suffisamment d'insuline. Cependant, le COVID-19 chez les jeunes a déjà été associé à une incidence accrue des 2 types de diabète.

 

L’incidence accrue du diabète de type 1 chez les jeunes, confirmée par cette nouvelle étude, l’est plus fréquemment dans les 6 mois suivant le diagnostic de COVID. S’il s’agit d’une très large analyse, la conclusion est bien une forte association entre diagnostics de COVID et de diabète de type 1 chez les jeunes, et non une relation de cause à effet.

« Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune »,

rappelle cependant le Dr Pamela Davis, co-auteur et professeur émérite à la Case Western Reserve School of Medicine :  « le diabète de type 1 se développe parce que les défenses immunitaires du corps attaquent les cellules qui produisent l'insuline or il a bien été suggéré que COVID pertrbe le système immunitaire et augmente les réponses auto-immunes" .

 

L’étude : il s’agit de l’analyse des dossiers de santé électroniques de près de 1,1 million de patients âgés de 18 ans et moins de 14 pays, diagnostiqués avec COVID-19 entre mars 2020 et décembre 2021 ou exempts de COVID pendant cette même période (témoins).

 

  • dans les 6 mois suivant l'infection par le SRAS-CoV2, 123 patients (0,043%) ont reçu un diagnostic de diabète de type 1 vs 72 patients (0,025%) suite à une infection respiratoire non-COVID, soit une augmentation de 72% nouveaux diagnostics, chez les participants COVID ;
  • 1,3 et 6 mois après l'infection, le risque de diagnostic de diabète de type 1 se révèle considérablement plus élevé pour les jeunes infectés que pour les témoins atteints d'infections respiratoires non-COVID ;
  • des résultats similaires sont rapportés quel que soit la tranche d’âge, entre nourrisson et 18 ans ;
  • les enfants des familles présentant un risque élevé de diabète de type 1 sont particulièrement touchés.

 

Les auteurs appellent les pédiatres à être particulièrement attentifs à cet afflux de nouveaux cas de diabète de type 1,

« d'autant plus que la variante Omicron se propage rapidement parmi enfants ».

« Nous pourrions voir une augmentation substantielle du diabète de type 1 dans les mois à venir. Nous surveillons également les changements possibles dans l’incidence du diabète de type 2 chez les enfants après une infection par le SRAS-CoV2 ».