Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

COVID LONG et syndrome de fatigue chronique, même combat

Actualité publiée il y a 1 année 11 mois 1 semaine
Frontiers in Neurology
Il existe une forte association entre le COVID long et le syndrome de fatigue, qui post-viral, change la vie de manière drastique et entraîne des rechutes fréquentes (Visuel Adobe Stock 100373424)

Cette large revue de la littérature menée à l’Université d'Otago (Nouvelle Zélande) confirme une forte association entre le COVID long et le syndrome de fatigue, qui post-viral, change la vie de manière drastique et entraîne des rechutes fréquentes. Un nouvel éclairage centré sur la connexion corps-cerveau et sur les mécanismes liés COVID long, présenté dans la revue Frontiers in Neurology.

 

Résultat, en général, d'une infection virale, l'encéphalomyélite myalgique ou le syndrome de fatigue chronique (ME/CFS) entraînent des symptômes de neuroinflammation, une perte d'homéostasie, un brouillard cérébral, des troubles du sommeil et une grande vulnérabilité au stress. Cette recherche confirme des symptômes similaires avec le COVID long, liés à une neuroinflammation. L'auteur principal, le Dr Warren Tate, professeur de biochimie de l'Université d'Otago et son équipe ont cherché à mieux comprendre comment se développent ces effets cérébraux handicapants.

Des symptômes entretenus par une connexion corps-cerveau

Les scientifiques font l’hypothèse qu'à la suite d'une infection virale initiale ou d'un événement stressant, la pathologie systémique se déplace vers le cerveau via des voies neurovasculaires ou via une barrière hémato-encéphalique dysfonctionnelle. Il en résulte une neuroinflammation chronique, qui entraîne le développement puis des récidives de symptômes de type ME/CES, avec, entre les rechutes, des cycles de récupération chroniques.

 

Pourquoi le patient met-il « du temps » à récupérer ? Le modèle propose qu'un signal passe continuellement du cerveau au corps, provoquant les rechutes du patient. Les chercheurs suggèrent que ce même modèle de rechute, dans le COVID long, s’applique à l'encéphalomyélite myalgique et au syndrome de fatigue chronique et participe à la reconnaissance, encore mitigée de ces deux conditions.

« Ces maladies sont très étroitement liées,

et il est clair que les syndromes de fatigue post-viraux comme ME/CFS sont fondés sur la biologie et impliquent une physiologie très perturbée ».

Ces premières conclusions impliquent de meilleures pratiques de prise en charge des professionnels de santé, pour le COVID long, comme pour le syndrome de fatigue chronique.

 

« Il existe un sous-ensemble de personnes vulnérables qui développent ces syndromes lorsqu'elles sont exposées à un stress sévère, comme une infection par COVID-19, ou le virus d'Epstein Barr, ou même une vaccination interprétée par le corps comme un facteur de stress important. Chez ces patients, la réponse inflammatoire/immunitaire dans le corps pour éliminer l'infection qui devrait être transitoire devient chronique, et ainsi la maladie persiste ».

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités