Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE : Double risque avec les "snacks"

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 3 jours
JAHA
Le grignotage et la prise de collations à base de féculents, riches en pommes de terre notamment, est associée à une augmentation drastique de 50 % du risque de décès et jusqu’à 57 % du risque de décès cardiovasculaire (Visuel Fotolia 636358802)

Le grignotage et la prise de collations (ou "snacks") à base de féculents, riches en pommes de terre notamment, est associée à une augmentation drastique de 50 % du risque de décès et jusqu’à 57 % du risque de décès cardiovasculaire. Inversement, consommer des fruits, des légumes ou des produits laitiers au cours des repas est associé à un risque réduit de décès par maladie cardiovasculaire, cancer ou de toute autre cause. En résumé, cette large étude confirme l’importance d’une alimentation riche en fruits et légumes (fibres et antioxydants) qui respecte des horaires réguliers des repas. A contrario, les grignotages en dehors des repas et de produits transformés à base de féculents font presque doubler le risque de crise cardiaque et d’AVC.

 

« Les gens ont tout à fait raison d’être préoccupés par ce qu'ils mangent et quand ils mangent », commente l’auteur principal, le Dr Ying Li, professeur de nutrition et d'hygiène alimentaire à l'Université de Harbin (Chine).

Un régime riche en légumes et en fruits réduit de 34 % le risque de décès d'événénement cardiovasculaire

L’analyse des données de 21.503 participants à la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) suivis de 2003 à 2014 constate en effet :

3 principaux schémas alimentaires pour les repas petit-déjeuner, déjeuner et dîner : le régime occidental, un repas plutôt à base de féculent et le repas plutôt végétarien riche en légumes et en fruits. Pour les collations prises entre les principaux repas, les collations riches en céréales, les collations riches en produits transformés à base de féculents, les collations à base de fruits et les collations à base de produits lactés. D’une manière générale, le régime alimentaire occidental comportait des proportions plus élevées de graisses et de protéines. L’analyse confirme que :

 

  • le régime occidental comportant généralement des céréales raffinées, du fromage, de la charcuterie est associé à une augmentation de 44 % du risque de décès par maladie cardiovasculaire ;
  • un régime riche en légumes et en fruits, à une réduction de 34 % du risque de décès par maladie cardiovasculaire ;
  • un dîner à base de légumes, à une réduction de 23 % et 31 % du risque de décès par maladie cardiovasculaire et de décès toutes causes confondues ;
  • des collations fréquentes riches en amidon entre les repas, à un risque accru de 50 à 52 % de mortalité toutes causes confondues et à un risque accru de 44 à 57 % de décès par maladie cardiovasculaire.

 

Ainsi, à la fois les apports caloriques, les habitudes alimentaires et les aliments consommés déterminent la santé cardiovasculaire.

Des collations riches en amidon, prises en dehors des repas, doublent globalement le risque de décès.

Autres actualités sur le même thème