Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉCLIN COGNITIF : Plaintes de mémoire, 5 items qui doivent inciter à consulter

Actualité publiée il y a 1 année 11 mois 3 semaines
Journal of Alzheimer’s Disease
Ces plaintes peuvent constituer la première manifestation symptomatique de la maladie d'Alzheimer chez des patients dont les performances cognitives ne sont pas altérées

Une plainte de mémoire, qualifiée par les auteurs de signe de « déclin cognitif subjectif » (Subjective Cognitive Decline -SCD), est un trouble, donc subjectif, qui semble relativement commun chez les personnes âgées mais que le médecin généraliste doit, dans certains cas, savoir « prendre au sérieux ». Ces données de l’étude GuidAge, présentées dans le Journal of Alzheimer’s Disease, montrent en effet que ces plaintes peuvent constituer la première manifestation symptomatique de la maladie d'Alzheimer chez des patients dont les performances cognitives ne sont pas altérées.

 

La prévalence de ce type de plaintes, très variable selon les groupes de population et l’âge bien sûr, est estimée comprise entre 10% et 88%, bien que l'on pense généralement que la prévalence des problèmes de mémoire du quotidien se situe plutôt dans une fourchette de 25% à 50%. Ces plaintes de mémoire ont déjà été envisagées comme un signe précoce de maladie neurodégénérative. C’est ce que confirme cette étude cohorte menée par une équipe de l’Inserm (Toulouse), avec le soutien du laboratoire Ipsen.

 

Les chercheurs ont utilisé les échelles McNair and Kahn Scale (en 20 points) et Cognitive Difficulties Scale pour définir et caractériser les plaintes cognitives de 2.800 personnes âgées de 70 ans et plus, dont 1.307 sujets sans déficience cognitive ayant spontanément signalé des problèmes de mémoire à leur généraliste et participant à l’étude GuidAge, une étude de phase III, multicentrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo. Les participants ont également subi une évaluation neuropsychologique standard. Les données recueillies comportaient les niveaux de difficultés d'attention, de concentration, d'orientation, de mémoire, de praxis, d'activités quotidiennes, de reconnaissance faciale, d'efficacité d’accomplissement des tâches et de rappel de noms. L’objectif était de déterminer si l'échelle de McNair et de Kahn peut contribuer à prédire le déclin cognitif. Au cours des 5 années de suivi,

  • 519 patients ont présenté un déclin cognitif.
  • L'incidence de l’aggravation des plaintes cognitives s’élève à 13,40 % des années-personnes ;
  • L’analyse constate une relation significative entre le score à l’échelle McNair et Kahn Scale et la baisse des performances cognitives : ainsi, parmi les 20 items, 5 s’avèrent statistiquement significatifs pour prédire le déclin cognitif.

 

 

Ainsi, les plaintes de mémoire peuvent, chez certains patients, annoncer le déclin cognitif. Une version en 5 points de l’échelle utilisée apparaît également efficace à dépister les patients, en pratique et en recherche clinique : ces 5 points sont les suivants :

  • « Je ne me souviens plus des numéros de téléphone habituels »
  • « J'oublie mes rendez-vous, certaines dates et où je range certaines choses »
  • « J’oublie parfois de rappeler les gens qui m'ont appelé(e) »
  • « J'oublie quel jour de la semaine « on est » »
  • « J'ai besoin qu’on me répète les instructions plusieurs fois »

 

 

Grâce à cette courte échelle, les médecins généralistes peuvent en routine clinique, identifier les patients ayant des troubles de la mémoire qui devraient être orientés vers un service spécialisé d’évaluation des fonctions cognitives.

Autres actualités sur le même thème