Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPRESSION : Des champignons magiques pour rebooter le cerveau

Actualité publiée il y a 2 années 5 mois 2 semaines
Scientific Reports
Les effets de la psilocybine, le composé psychoactif présent dans les « champignons magiques » semblent bénéfiques chez les patients souffrant de dépression

Ces nouvelles données d'une étude de chercheurs de l'Imperial College London sur les effets de la psilocybine, le composé psychoactif présent dans les « champignons magiques » chez des patients souffrant de dépression et réfractaires au traitement conventionnel sont plutôt positives. Les conclusions de l’étude, présentée dans les Scientific Reports rapportent des bénéfices jusqu'à 5 semaines après le traitement. Les chercheurs suggèrent et leurs patients rapportent que le composé psychédélique permettrait une sorte de réinitialisation de l'activité des circuits cérébraux.

 

De nombreuses études ont déjà documenté les effets de l’hallucinogène psilocybine, le principe actif des « champignons magiques », dans la prise en charge des troubles anxieux et de la dépression. La plupart des participants à ces études ont jugé le produit plutôt comme efficace contre les symptômes dépressifs, même si un patient sur 10 a pu évoquer l’expérience de « bad trips ».  Cette nouvelle étude confirme l’intérêt de la psilocybine, 49% des 19 participants présentant toujours des symptômes réduits quelques semaines après le traitement.

Les patients décrivent une sensation de « réinitialisation » après le traitement. Immédiatement après le traitement par psilocybine

 

Des réductions marquées et durables des symptômes dépressifs : les chercheurs ont comparé les images des cerveaux des patients via IRM fonctionnelle avant et un jour après la prise de psilocybine (10 mg et 25 mg) et identifient des changements dans l'activité cérébrale associés à des réductions marquées et durables des symptômes dépressifs. Précisément, L'IRMf révèle une réduction du flux sanguin dans certaines zones du cerveau, dont l'amygdale, impliquée dans le traitement des réactions émotionnelles, du stress et de la peur. Les chercheurs observent également une stabilité accrue dans un autre réseau cérébral, précédemment lié aux effets immédiats de la psilocybine ainsi qu'à la dépression elle-même.

Si ces résultats sont « passionnants » -écrivent les chercheurs, et prometteurs, leur limite est le petit nombre de patients de l’étude ainsi l'absence d'un groupe témoin. Cependant, pour la première fois cette analyse d’imagerie montre les changements dans l'activité cérébrale chez les personnes déprimées traitées par psilocybine.

 

 

Les patients décrivent une sensation de « réinitialisation » après le traitement. Immédiatement après le traitement par psilocybine, les patients rapportent une diminution des symptômes dépressifs caractérisée par des améliorations de l'humeur et le soulagement du stress. L’hallucinogène semble redonner un coup de « boost » pour sortir de l’état dépressif et remettre le cerveau sur les bons rails. Et c’est plus qu’une impression chez les participants : les résultats d'imagerie sont eux-aussi en faveur d’une réinitialisation de certaines zones cérébrales, similaire à celle observée avec la thérapie électro-convulsive (électrochocs).

 

A l’écoute de leurs patients et en regard de leurs données d’imagerie, les chercheurs font ainsi l’hypothèse d’une « réinitialisation » par ces psychédéliques des réseaux cérébraux associés à la dépression, ce qui "évacue" l'état dépressif. Des études futures plus robustes vont tester la psilocybine vs un antidépresseur standard dès le début de l'année prochaine.

Autres actualités sur le même thème