Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉSHYDRATATION : Elle assèche la cognition !

Actualité publiée il y a 6 mois 1 semaine 2 jours
European Journal of Nutrition
Chez les personnes âgées, il existe une association entre l'état d'hydratation et la consommation d'eau, et les performances aux tests cognitifs ;

L'hydratation peut affecter la fonction cognitive, particulièrement chez les personnes âgées, conclut cette étude de la Penn State qui démontre pour la première fois un lien entre les niveaux d'hydratation et la consommation d'eau et les scores aux tests cognitifs de participants âgés. Ces travaux, présentés dans l’European Journal of Nutrition, révèlent que les femmes, en cas de déshydratation obtiennent des scores plus faibles aux tâches motrices ou qui nécessitent une attention soutenue et une mobilisation accrue de la mémoire de travail.

Une bonne hydratation soutient la cognition

L’étude est ici menée sur un échantillon représentatif de 1.271 femmes et 1.235 hommes âgés de 60 ans ou plus, participant à la NHANES (Nutrition and Health Examination Survey). Des échantillons de sang des participants ont été analysés. Les participants ont renseigné les aliments et boissons consommés la veille. Les chercheurs ont pu ainsi calculer leur niveau d'hydratation en fonction des concentrations de sodium, de potassium, de glucose et d'azote uréique dans le sang et leur consommation totale d'eau à partir des quantités de boissons et des taux d’humidité des aliments consommés. Enfin, les participants ont effectué plusieurs tests cognitifs destinés à évaluer le rappel de mémoire, la fluidité verbale, la vitesse de traitement, l'attention et la mémoire de travail. Une fois les facteurs de confusion (âge, éducation, sommeil, activité physique, diabète…) pris en compte, l’analyse constate :

  • une association entre l'état d'hydratation et la consommation d'eau, et les performances aux tests cognitifs ;
  • une association plus forte chez les femmes déshydratées ou surhydratées.

 

 

Quelle relation de cause à effet ? Sont-ce les niveaux d'hydratation qui provoquent ou aggravent les troubles cognitifs ou les personnes souffrant de troubles cognitifs sont-elles tout simplement moins aptes à s’hydrater correctement ? L’association, beaucoup plus faible mérite aussi d’être éclaircie chez les hommes. Cependant, ces premiers résultats soulèvent des associations intéressantes, en particulier avec les capacités d’attention, de vitesse de traitement et de mémoire de travail. D'autres recherches ont ainsi suggéré que l'attention pourrait être l'un des domaines cognitifs les plus affectés par l'état d'hydratation.

 

L'hydratation est nécessaire à la cognition chez les personnes âgées, conclut l’auteur principal, Hilary Bethancourt, chercheur à la Penn State. « Il est donc important que les adultes plus âgés à risque accru de déclin cognitif lié à l'âge respectent les recommandations quotidiennes de consommation d'eau ». De plus, soulignent les auteurs, les résultats sont similaires lorsque les participants sont surhydratés.

 

La surhydratation est tout aussi préjudiciable aux performances cognitives que la déshydratation, chez les personnes âgées, montre également l’étude. L'hydratation semble donc jouer une fonction de régulation de la fonction cognitive, en particulier pour les tâches nécessitant une attention soutenue.

 

Les réserves d’eau s’épuisent avec le vieillissement : avec l’âge, nos réserves d'eau diminuent en raison de la diminution de la masse musculaire, de la baisse d’efficacité de nos reins à retenir l'eau et de la réduction des signaux hormonaux qui déclenchent la soif et motivent la consommation d'eau. En conséquence, l'état d'hydratation et la consommation d'eau doivent être surveillées chez les personnes âgées. « Parce que les personnes âgées ne ressentent pas nécessairement la soif lorsque leur corps est déshydraté et qu'elles prennent des diurétiques qui peuvent augmenter l'excrétion de sel, il est important de surveiller les symptômes de déshydratation ».

Autres actualités sur le même thème