Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

DÉPRESSION : Elle menace les aidants de patients parkinsoniens

Actualité publiée il y a 5 mois 2 semaines 2 jours
JAMA Network Open
Il existe un risque élevé de dépression chez les aidants de personnes atteintes de la maladie de Parkinson (Visuel Adobe Stock 400007631)

Cette étude, menée à l'Université de Pennsylvanie, confirme un risque élevé de dépression chez les aidants de personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Ces données d’association publiées dans le JAMA Network Open, montrent également, dans l’autre sens, que les patients parkinsoniens dont les aidants présentent un risque plus élevé de dépression sont plus susceptibles d'avoir une qualité de vie beaucoup plus dégradée.

 

Les soignants jouent un rôle clé, indispensable auprès des personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson, ou de démence, cependant peu d’études ont porté sur l'impact de la santé mentale des aidants sur les résultats de ce groupe de patients. L’étude montre que ces patients atteints de Parkinson, ont un recours plus élevé aux services d'urgence lorsque leur aidant est atteint de dépression, que les patients dont les aidants parviennent à maintiennent une bonne santé mentale. L’étude illustre ainsi l’importance à la fois pour l’aidant et la personne aidée d’interventions notamment « de répit » pour soutenir les aidants et prévenir leurs symptômes de dépression.

 

L'étude de cohorte qui a suivi 454 paires patient-soignant, avait donc pour objectif, d’évaluer l'association entre des aidants signalant des symptômes de dépression et la qualité de vie (QOL) des personnes aidées, le taux de visites aux urgences et les hospitalisations. Les patients participants, âgés en moyenne de 67 ans, qui avaient donc reçu un diagnostic de maladie de Parkinson et vivaient à la maison ont donc été évalués à plusieurs reprises de 2016 à 2020. L’analyse révèle donc que :

 

  • les patients dont les soignants signalent des symptômes de dépression sont plus susceptibles d'avoir une moins bonne qualité de vie liée à la santé et d’utiliser plus fréquemment les services d'urgence ;
  • cependant aucune association n’est relevée avec l’incidence ou la durée d'hospitalisation ;

 

Ces données rappellent

l’urgence de développer aussi des interventions pour les aidants

de personnes atteintes de troubles cognitifs et neurologiques, les services de soutien nécessaires leur permettant de maintenir une bonne santé mentale, et eux-aussi, une bonne qualité de vie.

Plus sur le Blog Aidants

Autres actualités sur le même thème