Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉMOTION : Pourquoi on se fait plus positif avec l’âge

Actualité publiée il y a 1 mois 5 jours 5 heures
Emotion
Les personnes âgées sont moins distraites par des informations négatives et globalement « se font moins de souci ».

Cette étude de l’University of Southern California (USC) révèle que les personnes âgées sont moins distraites par des informations négatives et globalement « se font moins de souci ». L’étude, présentée dans la revue Emotion nous explique que la manière dont notre attention peut être accaparée par les émotions évolue, positivement, avec l’âge.

 

Ainsi, en comparaison des adultes plus jeunes, les adultes plus âgés sont moins distraits ou préoccupés par les informations négatives, dès le stade précoce de l’attention. C’est le concept de « emotion-induced blindness » ou de "cécité psychique" qui fait référence à une sorte de distraction par rapports à des stimuli émotionnels et négatifs.

Plus de positivité dès le premier niveau d'attention chez les personnes âgées

Ici, 4 expériences sont menées, basées sur la présentation de séquences rapides d'images et l’analyse de la manière dont des participants âgés accordent la priorité aux informations émotionnelles. Ces expériences révèlent que les adultes plus jeunes et plus âgés présentent tous un niveau de cécité psychique, mais que les adultes plus âgés accordent plus d’importance aux informations positives et sont moins touchés ou "accaparés" par des informations négatives.

 

Une positivité presque inconsciente : « Nous apportons des preuves de positivité à un niveau d'attention précoce », résume l'auteur principal Briana Kennedy, chercheur au laboratoire Emotion & Cognition de l'USC : « Les adultes plus âgés et plus jeunes sont distraits différemment par des images négatives similaires. Les adultes plus âgés semblent considérer leur monde avec un filtre moins soucieux des informations négatives que les plus jeunes ; au point que, sans même avoir le temps de réfléchir à ce qu'ils voient, ils y prêtent moins attention ».

 

Une positivité déjà présente dans la phase précoce de l’attention : De précédentes études avaient déjà montré que par rapport aux adultes plus jeunes, les adultes plus âgés ont tendance à préférer les informations positives aux informations négatives. Cette préférence intervient à la fois au niveau de leur attention et de leur mémoire. Cette étude vient confirmer cet effet positivité presque intuitive : « Ce qui est intéressant avec cet effet, c'est la rapidité avec laquelle les images ont été présentées. Chaque image ne dure que quelques millisecondes, ce qui nous permet de mesurer les réponses des participants aux premiers niveaux de la cognition et de tenter de comprendre comment un stimulus émotionnel peut perturber notre perception et notre prise de conscience ».

 

Un filtre positif se formerait ainsi avec l’âge, permettant aux personnes âgées de regarder le monde en donnant la priorité aux choses positives. Avec des implications, notamment apprendre aux soignants et aux aidants à mieux communiquer avec les personnes âgées. Cela serait utile non seulement dans le soin à la personne âgée mais aussi pour le ton des campagnes de prévention en fonction de leur cible, plus jeune ou plus âgée. Enfin, comprendre comment les personnes âgées changent leur priorité en matière d'émotion, permet aussi de mieux comprendre comment le cerveau et sa fonction d’attention évoluent avec l'âge.

 

« Si nous parvenons à mieux comprendre le filtre ou le mécanisme de priorité des personnes âgées, cela nous aidera aussi à développer des stratégies, pour d’autres groupes de patients, qui doivent surmonter des expériences négatives ».

Autres actualités sur le même thème