Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT : Les bébés sensibles deviennent des adultes altruistes

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 3 jours
PLoS Biology
L'attention que portent les nourrissons aux visages craintifs pourrait prédire leur altruisme plus tard dans la vie

L'attention que portent les nourrissons aux visages craintifs pourrait prédire leur altruisme plus tard dans la vie, suggère cette étude d’une équipe de l’Institut Max Planck pour les sciences cognitives et cérébrales, présentée dans la revue PLoS Biology.

 

Un comportement altruiste, tel que l’aide à une personne dans le besoin, est considéré comme une caractéristique essentielle de la coopération dans nos sociétés humaines. Pourtant, notre propension à commettre des actes altruistes varie considérablement, allant du « donneur de rein » au sujet…antisocial. De précédentes études ont suggéré qu'une plus grande sensibilité aux visages craintifs est liée à des niveaux plus élevés de comportement prosocial. Ce trait peut déjà être observé chez les enfants d'âge préscolaire., suggère l’étude : en examinant la réactivité de tout petits enfants face à des visages craintifs, l’équipe identifie un terrain unique pour faire la lumière sur les précurseurs du comportement altruiste.

 

Une attention particulière aux visages craintifs : l’auteur principal, le Dr Grossmann et ses collègues ont suivi les mouvements oculaires de petits-enfants, âgés de 7 mois, afin d’évaluer leurs réponses à l’expression de peur chez autrui. Leur analyse révèle que le comportement altruiste des tout-petits est bien prédit par l'attention des nourrissons aux visages craintifs, mais en revanche, pas aux visages heureux ou en colère. Les chercheurs montrent que les réponses cérébrales dans le cortex préfrontal dorsolatéral, mesurées par spectroscopie, prédisent les « préjugés » attentionnels des bébés ou encore leur futur comportement altruiste.

 

Dès le début du développement, la variabilité du comportement altruiste est liée à la capacité de reconnaître les autres dans la détresse et aux processus cérébraux impliqués dans le contrôle de l'attention.

« Ces résultats permettent de mieux comprendre le développement de l'altruisme chez les humains, un précurseur du comportement prosocial ».

Autres actualités sur le même thème