Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉVOLUTION: Altruisme et coopération, une question de hasard?

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 5 jours
PNAS

Dans toute société, il y a des coopérateurs ou altruistes, et des tricheurs ou profiteurs. La question fondamentale est pourquoi donner, aider ou collaborer quand il n'y a aucun avantage direct à le faire ? Ces chercheurs anglo-saxons défendent ici une théorie pas si surprenante : l'altruisme, ce trait essentiel à toute coopération et construction sociale serait une question de hasard. Leurs travaux, présentés dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) soutiennent ainsi que l’aléa suffit à préserver l'altruisme dans toute société qui évolue, car les altruistes « profitent » plus de cet aléa, qu’ils ne perdent.

Les chercheurs des universités de Bath, Manchester (UK) et Princeton (Etats-Unis), ont développé un modèle mathématique pour prédire la trajectoire de l'évolution des sujets « coopérateurs » qui produisent les ressources, vs les « tricheurs » qui utilisent des ressources disponibles sans contribuer par eux-mêmes. Comme le principe de coopération n'est pas exclusivement humain, les chercheurs ont travaillé à partir de la levure de bière, qui peut produire une enzyme, l'invertase, qui décompose les sucres complexes (en sucres invertis) en créant plus de nourriture « pour tous ». Cependant, les levures qui produisent cette enzyme (collaborateurs), utilisent de l'énergie qui pourrait plutôt avoir été utile pour la reproduction, ce qui suggère l'existence de souches « tricheuses » qui attendent que les autres fassent le travail pour se reproduire plus rapidement. L'hypothèse darwinienne suggère que leur capacité à se reproduire plus rapidement permettra aux tricheurs de proliférer ainsi mieux et plus rapidement et éventuellement de prendre « le dessus » sur la population.


L'idée d'une proportion idéale de « collaborateurs » : le concept clé défendu ici n'est pas celui-ci. Au contraire, il prétend que la taille totale de la population qui peut être prise en charge dépend de la proportion ou du nombre de coopérateurs : plus de coopération signifie plus de nourriture pour tous et une population plus importante.

· Si, en raison du hasard, il y a augmentation du nombre de tricheurs, alors il n'y a plus assez de nourriture pour tout le monde et la population s'éteint. L‘augmentation du nombre de tricheurs est donc défavorable aux deux groupes, les tricheurs et les coopérateurs.

· A l'inverse, une diminution aléatoire du nombre de tricheurs permettra à la population de se développer, en profitant de manière disproportionnée au groupe des coopérateurs (qui se développe donc encore plus).

La conclusion des auteurs semble alors évidente : les fluctuations dans le nombre des tricheurs sont bien aléatoires, mais ces fluctuations sont mieux exploitées par les coopérateurs, qui en profitent plus qu'ils ne perdent.

Autres actualités sur le même thème