Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉDITION du GÉNOME : L'espoir de pouvoir prévenir la surdité héréditaire

Actualité publiée il y a 1 année 11 mois 1 semaine
Nature
On estime qu'il existe plus de 400 formes de déficience auditive génétique

On estime qu'il existe plus de 400 formes de déficience auditive génétique, dont beaucoup sont progressives. Cette recherche poursuit l’espoir de pouvoir, un jour, traiter certains types de pertes auditives génétiquement héréditaires en utilisant l'édition de gènes. Car cette équipe internationale parvient, ici chez l’animal et à l’aide de la fameuse technologie d'édition de gènes CRISPR Cas-9, à cibler et éliminer la mutation responsable. Ces travaux apportent dans la revue Nature, la preuve de concept qu’il pourrait être possible à terme, de prévenir ainsi, chez le nouveau-né, certaines formes de surdité héréditaire.

 

Si la perte d'audition est principalement associée au vieillissement, de nombreux cas sont en fait héréditaires et ces chercheurs de l'Université de Harvard, de la Harvard Medical School, de l'Université Tufts (US), des université Huazhong et Jiaotong (Chine) ont regardé si la technique d’édition de gènes, en supprimant les mutations responsables, pouvait prévenir ces formes de surdité héréditaire.

 

Les travaux ont porté sur des souris développées avec une mutation génétique du gène TMC1, une mutation qui entraîne la mort des minuscules cellules ciliées de l'oreille interne et progressivement la perte d’audition, ainsi que sur des cultures cellulaires. En éliminant la mutation du gène en injectant un mélange d'une protéine et d'un ARN dans les oreilles des souris nouveau-nées, les chercheurs montrent que le traitement en désactivant la mutation du gène préserve les cellules ciliées de l'oreille interne en bonne santé. Le traitement empêche donc les souris de devenir sourdes :

Précisément les oreilles de souris injectées avec le complexe d'édition de gène,

  • produisent des réponses aux sons inférieures de 15 dB en moyenne à celles des oreilles non traitées ;
  • produisent une réponse surprenante aux sons à 110 dB et 120 dB, alors que les souris non traitées dans l'une ou l'autre des oreilles ne répondaient pas aux sons à 120 dB (environ le bruit d'un avion qui décolle) à l'âge de 8 semaines.
  • apparaissent beaucoup plus ciliées que dans les oreilles non traitées, 8 semaines après le traitement ;
  • Enfin, le complexe génique semble avoir peu ou pas d'effet lorsqu'il est injecté chez la souris sans un gène TMC1 muté.

 

 

C’est donc une preuve de concept de la capacité de la technique d'édition de gènes à corriger chez la souris un gène muté induisant le développement de la perte auditive. C’est une étape incontestable pour la stratégie d'édition du génome dans le traitement de certains troubles génétiques de la perte auditive.

Il reste, bien évidemment des recherches à mener pour valider l’efficacité à long terme et l’innocuité de cette thérapie génique chez le nouveau-né.

Autres actualités sur le même thème